Fait-divers : Venu acheter un téléphone, il est tabassé par les vendeurs

Un jeune homme la vingtaine révolue a été agressé, ce dimanche 12 juillet 2020 aux environs de 10H par un groupe de vendeurs ambulants de téléphones portables au marché appelé « Wall Strett » situé non loin de la direction des ressources humaines du ministre de l’éducation au quartier Djambal Ngato dans la commune du 2ème arrondissement de la ville de NDjaména.
Selon les témoins de la scène, la victime est allée acheter un téléphone chez un vendeur ambulant. Une fois la vente conclue, le marchand aurait tenté d’obliger par la force son client de payer par la suite la vitre blindée pour son téléphone. Après des altercations et sentant la menace et vu le nombre des vendeurs ambulants qui l’ont encerclés, le jeune homme a dégainé son pistolet pour tirer en l’air afin d’avoir la vie sauve.
Cependant, il a été pris d’assaut par des vendeurs ambulants, armés de couteaux, des bâtons et des briques. Il a été copieusement tabassé. Certains croyaient qu’il était déjà mort. Son arme a été arrachée par les jeunes vendeurs.
« Il a reçu plusieurs coups de couteaux au niveau de la tête, du pied et de labdomen. Il a des plaies ouvertes au niveau de la tête », décrit, un vendeur d’eau fraiche. Il poursuit que, les parents de la victime ayant pris la nouvelle ont débarqué au marché « Wall Strett » avec plusieurs grosses cylindrées vitres teintées entre temps le marché s’est vidé de ses vendeurs. L’on apprend aussi que le jeune blessé a été conduit par ses parents à l’hôpital et sa vie est en danger car il a perdu beaucoup de sang.
« Pour le moment aucun de ces jeunes n’a été arrêté quand les policiers sont arrivés le marché sest vidé de ses vendeurs ambulants », informe une source.
Toutefois, aux environs de 13 heures de ce dimanche, les étales, boutiques et kiosques ont été tous fermés et les éléments de la police nationale assurent la garde empêchant ainsi l’attroupement habituel des vendeurs. L’ambiance est devenue calme et la rue menant vers le marché est quasiment déserte.
« Nous avons reçu plusieurs fois de menaces de fermetures de notre marché « Wall Strett » avec ce qui s’est passé nous avons peur cela peut précipite la fermeture. Nous sommes des pères de familles et le marché nous permet non seulement de faire des affaires, mais aussi de subvenir aux besoins de nos enfants », plaide le propriétaire d’une boutique au marché « Wall Strett ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.