Santé : Les influenceurs et influenceuses engagés contre le VIH/SIDA

Au Tchad, il a été noté une faible connaissance sur le VIH. En effet, selon l’enquête MICS de 2019, seulement 19,1% de la population générale et 18,5% des adolescent(e)s et jeunes 15-24 ans ont des connaissances approfondies en matière de VIH.

Dans le cadre de la journée Mondiale du SIDA 2023 sur le thème « confier le leadership aux communautés », une vingtaine d’influenceurs et influenceuses sur les Réseaux Sociaux (RS) ont été formés sur le VIH/IST par ONUSIDA en collaboration avec UNICEF.

Ces influenceurs vont contribuer à l’effort de sensibilisation et d’information des populations et des communautés afin de contribuer à la réduction de la stigmatisation discrimination liées au VIH qui persistent malgré l’espoir que représentent les nouveaux traitements Anti Rétroviraux et méthodes de prévention aidant au I=I (Indétectable = Intransmissible).

« J’ai appris beaucoup de chose, et surtout connaitre la différence entre le VIH qui est un virus et le Sida qui est une maladie. J’ai découvert que le VIH n’est qu’un microbe et qu’avec les ARV une personne peut porter le virus sans le transmettre à qui que ce soit, avoir une vie normale comme tout le monde si sa charge virale est indétectable (I=I). C’est vraiment intéressant et très important pour pouvoir en parler, expliquer cela de manière très claire. Ces propos de l’un des influenceurs et repris par presque tous les autres montrent à quel point il y avait une insuffisance de connaissances sur le VIH parmi les influenceurs.

S’agissant des voies de transmission, le formateur a insisté sur le risque très élevé de la transmission de la mère à l’enfant pendant l’accouchement et au cours de l’allaitement. L’occasion de rappeler par ailleurs qu’il est fortement conseillé le dépistage systématique à une femme en grossesse et son conjoint. Si le résultat est positif, à travers le programme de la PTME une prise en charge par les ARV est enclenchée automatiquement pour permettre d’avoir des enfants sains. Le facilitateur a aussi rappelé la nécessité du test de dépistage pour tout le monde.

Plus de 73 000 personnes touchées en 1 mois

Les volets sur la charge virale (mesure de la quantité de virus dans le sang) avec le concept « I=I » (Indétectable= Intransmissible) et les couples sérodiscordants vivant ensemble et qui continuent à faire des enfants ont suscité beaucoup de débats. Le témoignage d’une adolescente née avec le virus et mère d’un enfant de 6 mois séronégatif a fortement ému les participants. Cette adolescente a une charge virale indétectable depuis quelques années du fait de son observance au traitement ARV. Cet enfant sain est la preuve vivante de la stratégie I=I.

Cette jeune fille s’est engagée comme paire éducatrice auprès de ses pairs pour leur permettre de vivre positivement avec le virus.
Les influenceurs et influenceuses ont reconnu avoir acquis de nouvelles connaissances pour pouvoir informer et sensibiliser leur communauté.

À la suite de la formation, l’engagement des influenceurs a démarré avec la diffusion de nombreux messages de sensibilisation et d’information sur les médias et réseaux sociaux (Tik Tok, Facebook, blogs, etc.) ainsi que la production deux vidéo largement diffusés. Cette sensibilisation a permis de toucher 73621 personnes avec 9488 interactions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *