lundi, juin 17, 2024
spot_img
AccueilFaits diversSociété : Barka dépense 2, 4 millions Fcfa de son oncle dans...

Société : Barka dépense 2, 4 millions Fcfa de son oncle dans un bar

L’audience correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de N’Djaména a instruit, ce jeudi 16 mai 2024, le dossier des sieurs Barka et Bichara, prévenus de vol aggravé, complicité de vol et recel.
Dans cette procédure, l’on apprend qu’un jour, Barka débarque chez la partie civile qui n’est autre que son oncle et s’en va directement dans sa chambre pour voler une somme de 2, 4 millions Fcfa.
L’argent en poche, il arrive à un carrefour vers le quartier Diguel, loue la voiture d’une connaissance du lieu, en la personne de Bichara, puis parcourt les bars pendant deux jours.
Il réunit les filles autour de lui et fait circuler la bière à flot, entend-on. A l’audience, Barka ne nie pas les faits. Il raconte même les faits, sans gênes. Il avoue, ce pendant, avoir opéré son vol sans la complicité de Bichara.
Seulement, il l’accuse d’avoir emporté le restant de l’argent dans sa voiture et plus d’une somme de 200 000 Fcfa qu’il lui a prêté. Barka déclare qu’il a caché le reste de l’argent sous le siège de la voiture de Bichara.
De son côté, Bichara ne reconnait pas la complicité de vol et recel qui pèse sur lui. «ll a sollicité ma voiture. Je lui ai loué pendant deux jours, à raison de 25 000 Fcfa par jour. Au deuxième jour, la veille de la fête de ramadan, quelqu’un m’a appelé pour me dire qu’il a vu ma voiture devant un bar. Je suis allé la récupérer à ce bar. C’est trois jours après que la police m’appelle et m’accuse de complicité de vol et recel», se défend Bichara.
Ce dernier ne reconnait pas aussi avoir emprunté 200 000 Fcfa avec Barka. Le sac dans lequel la partie civile a mis l’argent est retrouvé par l’enquête policière dans la voiture.
La partie civile ne réclame que son argent volé. «Quand jai constaté l’absence de mon argent, j’ai interrogé les enfants. Ils m’ont dit que c’est Barka qui est entré jusqu’à dans ma chambre. Au départ quand on l’a arrêté, il a nié les faits. C’est après trois jours à la police et quelques gifles qu’il a reconnu les faits», informe la partie civile. Le délibéré est attendu pour le 30 mai prochain.

LE PROGRÈS

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments