mardi, juin 18, 2024
spot_img
AccueilEducationTchad : Des diplômés en sciences de l’éducation s’impliquent au processus de la...

Tchad : Des diplômés en sciences de l’éducation s’impliquent au processus de la refondation de l’école

La plateforme des diplômés sans emploi de la faculté des sciences de l’éducation a organisé une causerie débat sur le thème : « l’implication des diplômés sans emploi des sciences de l’éducation dans le processus de la refondation de l’école tchadienne : un regard critique sur les problématiques de la valorisation de notre système éducatif », ce vendredi 17 novembre 2022 à l’université de N’Djamena.

Le président de la plateforme des diplômés sans emploi de la faculté des sciences de l’éducation , M Ndingatoloum Gédéon a relevé qu’il n’y a pas de société humaine sans éducation. Car d’après lui, l’éducation a pour rôle essentiel la socialisation, l’intégration à une société. Elle a aussi pour objet la transmission du patrimoine culturel d’une société aux nouvelles générations. C’est pourquoi, chaque société humaine dispose d’un système d’éducation qui assure cette fonction essentielle de socialisation.

Pour lui, c’est grâce à l’éducation que l’individu acquiert des compétences qui lui permettent de participer efficacement au développement socioéconomique de sa société. À cet effet, il révèle que l’école d’aujourd’hui doit penser à la formation des techniciens de l’éducation capables d’apporter quelque chose de positif dans le système éducatif.
Pour le cas du Tchad, le président de la plateforme M. Ndingatoloum Gédéon cite que, l’implication des diplômés de la faculté des sciences de l’éducation est un atout afin que la refondation de l’école tchadienne soit réaliste.

Parlant des causes des problèmes de l’école tchadienne, les panélistes ont exposé plusieurs causes, notamment le manque d’une véritable politique éducative, le dysfonctionnement du système éducatif, les inégalités sociales, la pénurie des enseignants qualifiés, le manque des enseignants qui pouvaient répondre au critère ratio-élève-enseignant, le recrutement hors norme, l’inapplicabilité des mesures prises par le gouvernement. La corruption, la légèreté du ministère de l’éducation à traduire dans le fait les politiques et les engagements en action et à réformer des partenariats souhaitables tant au niveau national qu’au niveau des établissements scolaires. Des investissements inappropriés pour répondre aux exigences du 21ème siècle, un corps d’enseignants mal payé et démotivé. L’insécurité des enseignants et élèves, l’inadaptabilité des programmes d’enseignement aux besoins de formation, le manque des matériels didactiques, ainsi que l’inapplicabilité des innovations pédagogiques etc.

S’agissant des conséquences, ces derniers ont mentionné le manque des mains d’œuvres qualifiées pour le pays. L’accroissement des diplômocrates, l’accroissement des lettrés ignorants, la destruction des biens ou édifices publics. La violence en milieu scolaire, le manque de cultures démocratiques, le non respect des droits de l’homme et des lois de la république, l’incivisme caractérisé. La baisse de niveau, la démotivation des acteurs de l’éducation et la déscolarisation etc.

Face à ces multiples problèmes dont souffre l’école tchadienne et pour trouver une solution idoine, la plateforme des diplômés sans emploi de la faculté des sciences de l’éducation rappelle au gouvernement qu’il est nécessaire de recruter les lauréats de la faculté des sciences de l’éducation pour relever le défi.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments