vendredi, avril 12, 2024
spot_img
AccueilTchad#Tchad : Des agents intégrés sans salaire depuis six mois

#Tchad : Des agents intégrés sans salaire depuis six mois

Prés de 400 agents nouvellement intégrés au compte du ministère de la Promotion de la jeunesse et des Sports en octobre 2020 et affecté en décembre dernier dans les différents services à N’Djaména et dans les provinces du pays,  après six mois de leur prise de service n’ont pas perçu leur salaire.  

Sur les 500 intégrés des différentes filières sorties de l’Institut Nationale de la Jeunesse et des Sports(INJS), seulement moins de 100 d’entre eux qui perçoivent leurs salaires depuis quelques mois. Çà aussi, après plusieurs gymnastiques parfois avec le versement de pot de vin pour qu’ils soient alignés sur la liste de paie au niveau de la direction de la solde.  « Un de mes amis a donné un mois de salaire à une type afin de toucher son salaire », confie un conseiller.  

L’un des délégués chargé de suivi de dossier confie que leurs dossiers ont été effectivement envoyés par leur ministère de la jeunesse par un soit-transmis au ministère de la Fonction publique puis transféré à la solde pour  être alignés sur les états de paiement. Mais en vain.

« En principe nous devrions percevoir automatiquement nos salaires depuis la date de notre de prise de fonction. Cela fait six mois que nous courons derrière nos salaires et nous ne sommes pas toujours situés sur notre sort. Tantôt, le problème est au niveau de la fonction publique tantôt à la direction de la solde vraiment nous sommes désemparés », se plaint-t-il.

Alors cela fait 6 mois que beaucoup de ses agents sont sur le terrain en train de travailler sans salaire. Pire encore, une grande partie d’entre eux sont des pères de famille qui ont abandonné leurs parents sans mesures d’accompagnement parfois des femmes avec des enfants qui malheureusement, ne peuvent leur venir en aide parce qu’ils n’ont pas gagné leurs salaires depuis leur intégration en octobre 2020. 

L’on apprend qu’un maitre d’Education Physique (EPS) affecté à Laï a été chassé par son bailleur pour cumul des arriérés de loyer. Il s’est fait logé par un connaissant en attendant de percevoir son salaire.

Entre-temps, beaucoup d’entre eux ont quitté leur poste pour regagner la capitale N’Djaména et font le va et vient entre la direction de la solde, la fonction publique et leur direction des ressources humaines pour être situés sur leur sort. « Je suis affecté au Lac et affecté par la suite dans la commune, depuis ma prise de fonction, je suis logé par des parents c’est difficile pour moi de rester loin de ma famille alors qu’elle dépend en grande partie de moi c’est pourquoi j’ai décidé de revenir à N’Djaména pour chercher mon argent. Faire six mois sans salaire c’est inhumain, alors qu’il n’y a même pas du rappel de salaire et sans mon dû je ne vais mettre le pied sur le lieu de mon service », martèle, d’un air sec, un conseiller devant la direction de la solde ce vendredi 4 juin 2021.  « Feu maréchal nous a intégré et promet intégrer d’autres. Est-ce que c’est parce qu’il n’est plus là qu’on ne veut pas nous payer notre premier salaire ? » s’ est -il interrogé.

Il demande par ailleurs, au gouvernement et interpelle le président du Conseil militaire de transition, de prendre en main leur situation afin qu’il entre en possession de leur salaire.  

Face à cette situation, les nouveaux recrus sans salaire décident de se faire attendre avec l’organisation dans les jours à venir des sit-in devant les ministères de la Jeunesse et celui du des Finances pour être entendu.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments