mardi, juin 18, 2024
spot_img
AccueilEducationÉducation : La section Arabe du SET de N'Djaména appelle à la...

Éducation : La section Arabe du SET de N’Djaména appelle à la reprise des cours 

Les enseignants de section départementale Arabe et Académiques membres du Syndicat des Enseignants du Tchad de la commune de N’Djaména appelle à la reprise des activités pédagogiques et s’engage à faire un plaidoyer auprès du gouvernement pour décanter certaines revendications légitimes des enseignants.

C’est le contenu du point de presse animé ce vendredi, 8 décembre 2023, par le secrétaire général adjoint départemental de ladite section, M. Mamadi Atchim Jonas et déclare que le Syndicat des Enseignants du Tchad (SET) est un et indivisible tout en poursuivant que cette crise a trop duré et qu’il est temps d’en sonner le glas.

Il rassure que dans la concertation le congrès sera tenu pour le bien-être, l’organisation syndicale tout en réaffirmant leur disponibilité à rencontrer le comité de crise pour qu’ils puissent en parler. “Nous ne vous considérons pas comme comité de crise, mais vous êtes nos militants des différentes Sections Provinciales. Nous devons privilégier le dialogue, la concession, à la concertation et surtout la solidarité comme leitmotiv de la lutte syndicale”, a-t-il-appelé.

« Ce qui choque les enseignants, c’est aussi le fait que le camarade Blaise siège au parlement. Il faut vider ce contentieux. Même dans les démocraties les plus élaborées, les corporations se font représenter par les mandants. Il faut plus tôt lui demander de faire plus de lobbyings et des plaidoyers en faveur du secteur de l’éducation », a clarifié Mamadi Atchim Jonas.

La section départementale arabe et académique pour la commune de N’Djamena plaide auprès du Gouvernement par rapport aux revendications du secteur de l’éducation surtout les 16 mesures devenues une revendication polémique et irréalisable.

La section départementale Arabe et Académiques membres du Syndicat des Enseignants du Tchad de la commune de N’Djaména demande au gouvernement d’accélérer la relecture du décret 477 portant statuts particuliers des enseignants.

Elle formule un plaidoyer aux enseignants, parents d’élèves et aux élèves eux-mêmes, l’école qui a déjà des plombs dans l’ail tangue a chaviré «C’est pourquoi nous vous demandons humblement de regagner les salles de classes en accordant un strict minimum de temps au Gouvernement afin d’évacuer le plus tôt possible les revendications des enseignantes et enseignants », a souligné Mamadi Atchim Jonas.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments