#Tchad : Le ministre de la Sécurité s’insurge contre l’injustice des policiers

Le ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration, M. Souleyman Abakar Adam instruit, ce jeudi 14 octobre 2021, les responsables en charge de la sécurité, de n’est pas faire leur travail dans la ségrégation et l’injustice. Dorénavant, si un malfaiteur est arrêté, il est strictement interdit de demander sa religion, sa région, son ethnie ou sa famille.


« Un malfaiteur, c’est un malfaiteur. Cela s’arrête ici. Il n’y a pas des tchadiens meilleurs que les autres. Vous gardez les vôtres en prison et vous présentez les autres. C’est de l’injustice », tranche le chef département de la sécurité.


Pour lui, toutes personnes appréhendées par la Police nationale, pour divers mobiles, est un présumé malfaiteur. Il doit être emprisonné et passera par la case de la justice. « Nous sommes dans une phase de la transition et la sécurité de tous les tchadiens est la plus importante. Demain, si vous arrêtez mon fils, mon frère ou mon cousin, il faut les faire passer par le même canal. Ne faites pas la différence. La République ne connait pas des religions ni les régions et ni les familles. Elle connait tous ses enfants avec des textes et des lois qui régissent notre République laïc prospère et respecteuse des textes et des lois »,  rappelle M. Souleyman Abakar Adam, aux responsables de la sécurité nationale.


La mise au point du ministre à l’endroit des responsables sécuritaires est partie du constat, qu’un présumé malfrat est présenté seul à la presse alors qu’ils étaient au nombre de quatre personnes arrêtés par la Police nationale, pour la même affaire.

Une fois dans la cour du commissariat, les trois sont conduits aux violons.


Sur place, le patron de la sécurité et de l’Immigration, M. Souleyman Abakar Adam intime l’ordre aux directeurs généraux de la Police nationale et de Renseignements Généraux de faire venir tous les prisonniers qui sont en prison.


Après 20 minutes d’attente, une dizaine des présumés malfrats est acheminée par des escortes au sein du commissariat central.


Toutefois,  le ministre M. Souleyman Abakar Adam félicite l’ensemble des forces de l’ordre et de la sécurité pour la gestion professionnelle de la manifestation du 9 octobre dernier et les encourage à être professionnel.

Il met en garde tout ce qui dérange la tranquillité de la population. « Ils n’auront pas la paix tant qu’ils ne laissent pas nos populations dormir tranquillement », promet le ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *