#Tchad : A quoi ressemble les préparatifs de la fête de ramadan

A l’approche de la fête du ramadan les préparatifs vont bon train. Dès 8heures, ce vendredi 7 mai 2021, dans les marchés de la capitale, N’Djaména, les clients commencent à devenir de plus en plus nombreux.

Ils prennent d’assaut boutiques et étales des marchandises, notamment, des habits prêt-à-porter, surtout pour enfants, jeunes filles et femmes.


En plus des boutiques, ce sont surtout, des vendeurs ambulants qui tentent de tirer leur épingle du jeu. Ils sont nombreux à faire des affaires sur les grandes voies menant vers les deux marchés de la capitale. Les ambulants vendent leurs articles à la sauvette comme des chaussures, des habits, jouets, gâteaux, entre autres.


Au marché à Mil, se vit une ambiance de fête à l’entrée. A l’aide de haut-parleurs, les commerçants ambulants annonçant les prix de différents objets pour attirer la clientèle. Ici, pas de Respect des mesures barrières moins encore la distanciation sociale, chacun cherche à augmenter son chiffre d’affaire. C’est une véritable course. Obstruant ainsi l’axe qui va derrière l’école Hillé-Leclerc.
« Nous n’avons pas le choix à part que d’occuper la voie bitumée car à l’intérieur du marché la police municipale nous dérange, donc nous sommes obligés de rester au bord du goudron pour attendre les clients », explique un vendeur.


Au marché central, il est difficile de trouver un habit prêt-à-porter appelé communément « complet » pour enfant de moins de 10 ans surtout pour une fille à 10 000 FCFA. Tout est cher ici, a laissé entendre une dame accompagnée par ses deux filles. « C’est mieux d’aller voir avec les commerçantes du quartier qui ont des prix abordables, parfois, elles donnent même à crédit », ajoute-t-elle.


Un client rencontré devant une boutique de prêt à porter, au marché de Dembé nous renseigne que les robes pour les filles sont très chères. « J’ai trois filles, pour les habiller j’ai dépensé plus de 45 000 FCFA », rapporte Mahamat Nour Alkassim.


Tout le long de l’avenue Moldom Baba Abbas ex El-Nimery, s’est créé un nouveau marché des divers produits depuis quelques jours, des chaussures notamment des sandales et des habits pour enfants. Étalés à même le sol et même devant certaines boutiques, ce marché attire beaucoup des clients.

Les prix des marchandises sont très abordables. Certains clients parlent même de moins chers.
Une chaussure peut couter entre 1 500 Fcfa, 2 500 Fcfa voire 3 000 Fcfa. Chaque chef de ménage peut se procurer des produits par rapport à sa bourse.
« Nous sommes ouvert 24 heures sur 24 et beaucoup des clients préfèrent faire leurs achats avec nous, car nos prix sont abordables. Mais, nous subissons les raquettes des éléments de la police municipale qui nous prélèvent des taxes dites droit de places journalières faute de quoi elle saisit la marchandise » renseigne, Jean Marc vendeur des chaussures à la sauvette.


Pour des raisons de sécurité, le marché central est quadrillé par la police nationale difficile de franchir avec un engin.

Du côté de l’avenue Moldom, les achats se font jusqu’à la nuit avec une forte ambiance tant dans les boutiques de quartiers que chez les vendeurs à la sauvette

One thought on “#Tchad : A quoi ressemble les préparatifs de la fête de ramadan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *