Société : Des activistes de la paix de l’ADHET dans 3 arrondissements de N’Djaména

Des activistes de la paix de district provincial de la ville de N’Djaména, notamment dans le 6ème, 7ème et 9ème arrondissement ont été installés par l’Alliance des Défenseurs des Droits Humains et de l’Environnement au Tchad (ADHET) avec comme mission de sensibiliser la population sur les enjeux de la paix, son importance et surtout le vivre ensemble.


Les activistes, installés ce samedi 14 novembre 2020 au cours d’une cérémonie organisée à la maison de jeunes de quartier de Chagoua, dans la commune du 7ème arrondissement, devraient sillonner leur arrondissement respectif en passant le message auprès des ménages, dans les rues, les marchés, les établissements scolaires et universitaires.
L’installation des activistes fait suite à la formation d’une centaine de jeunes sur le leadership pacifique et enjeux du vivre ensemble harmonieux qui a eu lieu le 20 octobre dernier au CEFOD.

De ce fait, le secrétaire général de l’Alliance des Défenseurs des Droits Humains et de l’Environnement au Tchad (ADHET) M. Abba Daoud Nandjédé, a rappelé aux jeunes activistes que leur mission est d’aller individuellement ou en groupe, investir les arrondissements pour parler de la paix, nation, développement , pour prévenir et renseigner sur les principaux menaces à la paix qui résultent particulièrement de la violence.
« la violence en tant que principale menace de la paix sous différentes facettes dont l’exacerbation des tensions sociales, la haine, le rejet de l’autre, le communautarisme déviant, les manifestations violentes et la guerre, etc. », a instruit M. Abba Daoud Nandjédé
D’après lui, les menaces qui constituent les principaux facteurs déclencheurs de la quasi-totalité des conflits meurtriers, les guerres civiles qui surviennent et entrainent l’instabilité politique, l’absence de démocratie, le banditisme, le terrorisme, le disfonctionnement des services sociaux de base (hôpitaux, écoles, universités), le déplacement forcé des populations contraint de réfugier sur des terres inconnues, bradant la faim, les maladies, le froid, la chaleur, etc. et la dérégulation de l’économie, très dommageables au développement de tout pays.
M. Abba Daoud Nandjédé demande aux activistes d’être patients sur le terrain pour mener leur mission qui leur a été confiée, en les invitant, à se référer sur la feuille de route et à faire preuve d’intelligence et de sympathie nécessaire.
MSK. Lawandji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.