Santé : Le programme palu forme des relais communautaires

150 relais communautaires ont été formés ce samedi 5 décembre 2020 à la Bibliothèque Nationale de N’Djaména par le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PLNP), sur la stratégie de communication, la prise en charge du paludisme chez les femmes enceintes, sa prévention et l’importance de la fréquentation des structures sanitaires pendant la grossesse. Et, des techniques de communication et quelques notions fondamentales sur le paludisme.


La formation vise, entre autres, le renforcement de capacités des acteurs communaux pour communiquer avec leur entourage afin d’aider le PNLP à mettre en œuvre sa stratégie de communication et permettre une meilleure diffusion de l’information sanitaire aux usagers notamment aux femmes enceintes et à la population en général sur la question du paludisme.


Après leur formation, ces relais communautaires vont sillonner du 05 au 10 décembre prochain les différents quartiers et carrés de la ville de N’Djaména pour la mise en pratique des différents enseignements reçus aux profits de leur entourage sur la prévention sur le paludisme et aux femmes enceintes la fréquentation des structures sanitaires.

le coordinateur du Programma National de Lutte contre le Paludisme, Dr. Mahamat Saleh Issakha Diar le paludisme est l’une de cause de pauvreté à un certain groupe de personne vu son coût du traitement, il épuise financièrement les familles surtout pour une personne qui ne pas un revenu stable est l’une dit-il une cause du sous-développement. C’est pour cela, Dr. Mahamat Saleh Issakha Diar justifie que la contribution des animateurs sur la diffusion de l’information du PLNP ne pourrait être correctement faites si les animateurs ne disposent pas quelques éléments fondamentaux sur le paludisme. Tout en informant que, le paludisme est une maladie qui tue beaucoup plus au monde dont la majorité sont les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. « Le paludisme chez la femme enceinte causse beaucoup plus de complication surtout pour la mère et l’enfant », a souligné, Dr. Mahamat Saleh Issakha Diar.
Le coordinateur du Programma National de Lutte contre le Paludisme conseille par ailleurs aux femmes enceintes de fréquenter les structures sanitaires pour bénéficier une prise en charge prénatale adéquate composé des médicaments et des moustiquaires gratuites. « En faisant, une bonne communication dans la diffusion de l’information sanitaire, plus particulièrement sur le paludisme, nous contribuons dans la réduction de taux dit au paludisme et amener les femmes enceinte de bénéficié sur les différents services », a déclaré, Dr. Mahamat Saleh Issakha Diar, il exhorte les participants de suivre avec intérêts les différents thèmes qui seront dispensés par les formateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.