« Les premiers pas de la Nouvelle République ne furent pas aisés », reconnait Idriss Déby Itno

Présidant l’ouverture du forum national inclusif, deuxième édition, ce jeudi 29 octobre 2020, le chef de l’État, Idriss Déby Itno, a reconnu que, les premiers pas de la Nouvelle République ne furent pas aisés compte tenu d’un certain nombre de contraintes exogènes et internes.


« La pandémie de la Covid-19, la persistance de la menace sécuritaire consécutive au terrorisme et ses implications économiques et financières ont mis à rude épreuve la nouvelle République. Mais, nous pouvons nous réjouir des avancées notables capitalisées. Sans orienter le cours de vos discussions qui seront d’ailleurs libres, indépendantes et sans aucune censure, je note que les réformes institutionnelles ont été presque conduites à terme », déclare Idriss Déby Itno.


Aujourdhui, lance-t-il, « la citadelle institutionnelle née du premier forum national inclusif affiche complet. Il vous revient, cependant, d’analyser l’efficacité opérationnelle de nos institutions et de tirer les leçons qui s’imposent, pour soit opérer un recadrage ou soit rectifier le tir ».


Pour le maréchal du Tchad, il est évident que certaines nouvelles institutions ont mieux fonctionné et d’autres ont montré des signes de faiblesses, précisant que, sur le terrain des reformes de la justice ou celles en lien avec la consolidation de la paix et de la stabilité, les actions encourageantes ont été enregistrées comme chacun de nous le constate à l’une des faits et des actes.
Le président Déby de souligner qu’en matière de promotion de la femme et des jeunes, d’importants résultats ont été également obtenus avant de dire qu’il ne revient pas à lui de faire une recension des actions capitalisées surtout que l’ossature des participants à ces assises est formée majoritairement de jeunes et de femmes. Leurs différents témoignages vont surement mieux nous édifier, martèle-t-il.
« J’estime, en réalité, qu’il n’est pas nécessaire vous dire que votre tâche présente est importante car n’est pas évaluateur qui veut. C’est un exercice délicat qui exige un certain nombre d’habilités et surtout de responsabilité », a, notamment, déclaré le maréchal.


M. Idriss Déby Itno dit aux participants qu’il est absolument important et capital de voir les réalités en face et d’identifier les problèmes majeurs qui exigent des réponses fortes et durables. « Rien de ce qui touche à la vie de la Nation ne doit être occulté », insiste-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.