JMA 2020 : les agences alimentaires de l’ONU renouvellent leur soutien au Tchad

La pandémie de la COVID-19 est venue s’ajouter au défi de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition au Tchad, menaçant de réduire à néant les progrès importants réalisés en matière d’alimentation, de nutrition et de moyens d’existence depuis 2015, année d’adoption des objectifs de développement durable (ODD).

Sous le thème “Cultiver, nourrir, préserver, ensemble”, la Journée mondiale de l’alimentation – le 16 octobre- appelle cette année à une solidarité mondiale renouvelée pour aider les populations les plus vulnérables, à faire face aux crises multiples et rendre les systèmes alimentaires plus résilients et plus robustes face aux crises majeures comme celle de la COVID-19.

En prélude à cette journée, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) rappellent que le nombre de personnes touchées par la faim dans le monde est en lente augmentation depuis 2014. Le dernier rapport de l’Etat de la Sécurité Alimentaire et de la Nutrition dans le monde montre également que le fardeau de la malnutrition sous toutes ses formes est un défi qui demeure important.

Selon Abdoulaye Diar, Ministre de l’Agriculture, au Tchad, en dépit de cette situation mondiale qui nécessite davantage de soutiens envers les populations sous-alimentées, le Tchad continu de recevoir un accompagnement conséquent et des appuis multiformes des Partenaires Techniques et Financiers, lui permettant de mettre en œuvre ses programmes et projets dans le secteur agricole. « C’est en effet en réunissant nos forces autour de l’objectif commun de souveraineté alimentaire et nutritionnelle que nous atteindrons la FAIM ZERO, un engagement pris par notre pays dès l’adoption des ODD. Les actions de notre gouvernement visant à nourrir la population tchadienne sont prises dans un contexte d’accélération des réformes dans le secteur agricole, à travers notamment la loi Agro-Sylvo-Pastorale et Halieutique qui nous permettra d’utiliser efficacement nos ressources financières et humaines en vue de produire d’abord pour nourrir notre population, tout en préservant ensemble les ressources naturelles » a-t-il ajouté.

Les agences alimentaires de l’ONU soutiennent le Gouvernement du Tchad dans ses efforts pour lutter contre la faim et la malnutrition. Dans ce contexte, la FAO et le PAM s’efforcent de renforcer la résilience et la durabilité à long terme tout en soutenant des solutions à court terme pour les communautés vulnérables, notamment celles qui sont déjà aux prises avec d’autres situations d’urgence, comme la malnutrition aiguë, les conflits ou les maladies.

« Les populations attendent de nous que nous joignions le geste à la parole, que nous soyons à la fois une cellule de réflexion et d’action. Aux côtés de nos partenaires du gouvernement, nous devons sans cesse renouveler la quête de nouveaux procédés de production Agricole, faciliter la diffusion des connaissances et savoir-faire, dans l’objectif ultime d’arriver à un monde libéré de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition » dixit Mohamadou Mansour Ndiaye, Représentant de la FAO. La thématique de cette année est plus qu’importante, car si l’on ne transforme pas nos systèmes de production alimentaires, en s’appuyant notamment sur les avancées technologiques accessibles à tous, la sous-alimentation et la malnutrition continueront de s’aggraver. Nos modes de production doivent s’inscrire dans le cadre d’une gouvernance responsable des ressources naturelles. Des efforts en matière d’innovation pour améliorer l’accès à une alimentation de qualité et accessible à tous sont plus que jamais nécessaires. La gestion des ressources naturelles devrait permettre de satisfaire les besoins alimentaires d’une population grandissante et aussi la promotion de l’entreprenariat rural notamment pour les jeunes et les femmes.  La Coopération pour l’agriculture durable devrait être intensifiée afin de promouvoir le développement du capital humain.

Garantir l’accès à des aliments sains et nutritifs est un élément essentiel de la réponse à la COVID-19. Les mesures adoptées pour ralentir la transmission du virus ont contribué à sauver des vies. Néanmoins, certaines restrictions liées à la pandémie ont rendu l’accès à la nourriture et aux revenus encore plus difficile pour les familles vulnérables, avec une hausse des prix des denrées alimentaires.

« Dans le cadre des projets de la Banque mondiale, le Gouvernement du Tchad et le PAM fournissent une assistance alimentaire d’urgence pour plus de 433 000 personnes affectées par les effets socio-économiques des mesures de confinement de la COVID-19 », a indiqué Eric Perdison, Directeur adjoint du PAM au Tchad. « Cette crise sanitaire appelle une réponse coordonnée, décisive et innovante. Nous avons agi immédiatement pour protéger les plus vulnérables, car cette pandémie ne menace pas que des vies, mais aussi les moyens de subsistance », a-t-il ajouté.

La Journée Mondiale de l’Alimentation, commémore la date de la création de la FAO, le 16 octobre 1945. Cette année, cette journée marque aussi le 75e anniversaire de l’agence onusienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.