Dialogue : Mise en place de 5 commissions Ad-hoc

Les travaux du dialogue national inclusif inclusif et souverain entre dans sa phase décisive avec la mise en place de cinq différentes sous-commissions ad-hoc par le présidium.

Elle traitera certains sujets de la commission thématique numéro deux « Forme de l’État, constitution, réformes institutionnelles et processus électoral », scindés en plusieurs thématiques sur les institutions.

Le premier comité Ad-hoc est composé de 19 membres, présidés par M. Ahmat Bartchiret.

La première commission s’occupera de l’accord de paix de Doha relatif au Démobilisation, désarmement et Réinsertion (DDR). La deuxième étudiera la charte et les organes de transition. Tandis que la troisième commission s’en chargera du cahier de charge de transition.

Par contre, la quatrième commission se penchera sur les questions de l’éligibilité ou d’inéligibilité des dirigeants de transition. La cinquième commission analysera les mécanismes des recommandations et des résolutions sorties du dialogue national inclusif et souverain.   

La commission aura une note d’orientation de la part du présidium avec tous les points qui nécessitent leurs avis, après les travaux par sous-commissions. Les différents rapports des commissions seront présentés le mercredi prochain à la plénière pour débat et adoption.

Le président du présidium du dialogue national inclusif et souverain, M. Gali Ngothé Gatta estime qu’un bon dialogue conduit à une bonne transition par l’organisation d’une bonne élection permettant ainsi au Tchad de mettre un pied dans la stabilité. « Nous offrons à notre pays la chance de garantir pour qu’il ait plus de rébellion, plus de mécontentement. Pour cela nous avons pris cette décision de mettre sur place la commission ad-hoc sur les institutions », justifie-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.