COVID-19: Journalistes, blogueurs… s’attaquent aux fakenews entourant le vaccin

Dix-huit blogueurs, onze responsables des journaux en ligne, cinq influenceurs U-Reporters, venus des provinces, notamment, d’Amtiman, de Sarh, de Doba, de Koumra, Moundou et de N’Djaména se forment du 28 au 30 octobre 2021, au Centre d’Accueil et de Formation ( CAF-SAHEL VERT) de Mara, une localité située à  une dizaine de kilomètres de Farcha, dans la commune du premier arrondissement de N’Djaména, aux mécanismes de lutte contre les fausses rumeurs (fakes news) sur la vaccination anti-Covid 19.

M. Mahamat Al-Amine Tadjadine, directeur de Communication du ministère de la Santé publique invite les journalistes à sensibiliser et informer la population tchadienne sur l’importance et la nécessité de la vaccination contre le Covid-19, afin que tout le monde soit vacciné.

Ouvrant les assises, la secrétaire générale du ministère de la Communication Mme Zénébe Abakar Kaïla se réjouit de la tenue de cette session de renforcement de capacités au profit des blogueurs, des responsables des médias en ligne.

Elle souligne qu’à l’instar des autres pays, le Tchad a procédé au lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19, le 4 juin 2021, d’abord, à N’Djaména, et, ensuite, dans les autres provinces. C’est pourquoi, ajoute-t-elle, il convient de souligner que, depuis le lancement de cette campagne de vaccination, on assiste à un flux incontrôlable de fausses informations, notamment, sur les réseaux sociaux. « Pour atteindre les objectifs escompté, il est crucial que, les blogueurs puissent sensibiliser de manière efficace les internautes, et, plus, spécifiquement, les populations sur les dangers liés à la non vaccination. Il est surtout question d’aller au-delà de l’information et de l’éducation des populations pour engager un véritable dialogue avec les populations sur les différentes interventions afin de trouver les solutions endogènes efficaces », relève-t-il.

Le coordinateur national du riposte sanitaire M. Choua Ouchemi insiste que la vigilance doit être observée, obligatoirement, avant de souligner que la vaccination évite la mort ou la formation grave des maladies.  » Se faire vacciner permet de protéger les autres. La vaccination lutte contre les conséquences sociales et économiques du pays », conclut le coordinateur national de riposte sanitaire.

L’atelier de formation est organisé par le ministère de la Communication, en partenariat avec l’UNICEF et la cellule de veille ministère de la Santé  publique et de la Solidarité nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.