vendredi, mai 24, 2024
spot_img
AccueilSociétéSociété : Les ex- travailleurs de Pride Forasol dénoncent le laxisme dans...

Société : Les ex- travailleurs de Pride Forasol dénoncent le laxisme dans le traitement de leur dossier

Les ex-travailleurs de la société Pride Forasol, spécialisée dans la recherche pétrolière ont animé une conférence de presse ce jeudi, 3 juin à la Maison des Médias du Tchad, sis au quartier Moursal dans la commune du 3ème arrondissement de la ville de N’Djamena, pour dénoncer le laxisme dans le traitement de leur dossier qui les oppose avec leur employeur (Pride Forasol).

En effet, plus des dix ans que ces ex-travailleurs revendiquaient leurs droits sociaux a expliqué le secrétaire général de la coordination M. Takoral Jean Denis.

Selon lui, une année après la cessation définitive de leurs contrats de travail, « nous avons fait un rapprochement avec la réglementation en vigueur et nous nous sommes rendus compte que beaucoup de nos droits ont été spoliés par notre employeur entre autres les préavis, les congés, les indemnités de licenciement, les primes de fin d’année, les heures supplémentaires, le remboursement des impôts et autres déductions ainsi que le rappel des frais de transport ». «En la date du 12 mars 2012, nous avions saisi l’inspection du travail à l’effet de revendiquer la différence de nos droits sociaux intentionnellement dissimulés par la direction générale de Pride Forasol », a-t-il rapporté.

En effet, la situation des Ex-travailleurs est préoccupante, surtout que des indigents meurent par dizaine et ils s’interrogent jusqu’à quand cette situation de misère indescriptible qu’ils vivent va durer. Car, le silence qui entoure ce dossier a pour but de pérenniser leur souffrance et de les pousser dos au mur, observe M. Takoral Jean Denis.

En définitive, les Ex-travailleurs n’ont rien trouvé comme solution qu’à tourner vers les plus hautes autorités de la transition pour qu’une issue favorable leur soit trouvée car, disent-ils, nous n’avons ni la force ni le courage ni l’intention de braver la quiétude sociale dans ces moment-ci. «Cependant, nous avons foi en notre justice et en ceux qui régissent notre système judiciaire », a conclu le secrétaire général de la coordination M. Takoral Jean Denis.

MSK. Lawandji

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments