Tchad : Le SYNECS proteste contre le PCA de l’université Roi Fayçal

Le président du Syndicat National des Enseignants et Chercheurs du Supérieur (Synecs), Dr. Guirayo Jérémie dans un communique de presse signé ce jeudi 1er octobre 2020, demande à ses militants d’observer une journée de grève le lundi 12 octobre 2020 sur l’ensemble du territoire national en guise de protestation contre « les perturbations de tout genre orchestrées par le président du conseil d’administration de l’Université Roi Fayçal, Dr. Hissein Massar Hissein.


Selon plusieurs sources, Massar Hissein, en tant que PCA s’est installé au sein de l’Université dans un bureau bien équipé, bien espacié que celui du premier responsable de l’Université Roi fayçal et tient régulièrement des réunions dans un autre cadre qu’universitaire. « Massar doit présider seulement deux conseils d’administration de l’Université. Alors il est constamment présent au sein de l’institution qui entrave énormément au bon fonctionnement de l’Université » confie, un responsable syndical.
Notre source poursuit que Dr. Hissein Massar Hissein a mis en place un nouveau syndicat dont les membres ont été installés avec un local au sein de l’Université afin de concurrencer le SYNECS.


Le président du Synecs rappelle que l’Université Roi Fayçal fonctionne dans un climat apaisé, mais considère le comportement de Massar de perturbations dit-il qui relèvent d’un siècle n’honorent pas le système d’enseignement supérieur qui est sur la voie de l’excellence et de la qualité. Dr. Guirayo Jérémie qualifie Dr. Hissein Massar Hissein d’un usurpateur du titre de doctorat alors qu’il n’est pas un enseignant-chercheur. « Sa présence viole le code d’éthique et déontologie de l’enseignement supérieur », souligne-t-il. Il demande par ailleurs, au ministre de tutelle de prendre toutes les dispositions afin de mettre fin à ses agissements qui ternissement l’image du système éducatif tant au plan national et international.
Dr. Guirayo Jérémie prend à témoin le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno sur le danger qui plane sur l’université Roi Fayçal et de l’enseignement supérieur du Tchad en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.