#Tchad : Le groupe ARISE consulte les acteurs de la filière viande

Après la signature du mémorandum d’entente entre le gouvernement tchadien et le groupe ARISE, en juillet dernier, pour le développement de la filière viande, la modernisation des abattoirs et la création des plusieurs zones d’élevages pour permettre la labélisation ainsi que la commercialisation de la viande tchadienne sur le marché international, les choses bougent.


Pour la mise en œuvre de l’accord, une équipe d’experts spécialisés dans le domaine de la transformation de la viande de bétails, l’élevage des bovins et petits ruminants et de la santé animale, séjourne au Tchad depuis le début de la semaine.


Durant les 15 prochains jours, les experts rencontrent les parties prenantes dans la chaîne d’élevage et la commercialisation de la viande, notamment, les experts nationaux spécialisés dans l’élevage, les éleveurs, les bouchers et les commerçants chargés de la vente de la viande tchadienne sur le marché sous régional et continental. Ils feront aussi une descente dans les différents marchés locaux de la vente des animaux, les aires d’abattage et les abattoirs, pour mieux s’imprégner de la réalité.


Dans la journée de ce mercredi 27 octobre 2021, deux rencontres sont tenues dans la salle de réunion du ministère de l’Elevage autour d’experts nationaux et les représentants des différentes corporations ou des associations des bouchers, des éleveurs et des commerçants de la viande sur le marché local.


L’objectif est de faire comprendre aux acteurs de la filière viande leur implication pour la modernisation du secteur, et surtout, les enjeux ainsi que les perspectives de cette filière porteuse.


Les exportateurs tchadiens de la viande énumérent plusieurs difficultés, entre autres, la cherté du transport (terrestre et maritime) qui ne bloquent l’exportation convenable de la viande tchadienne.
Pour beaucoup, la qualité de la viande, le manque d’abattoisr appropriés dans le pays et la labélisation de la viande tchadienne ne permettent pas d’écouler la viande sur le marché mondial.
Ils sollicitent l’ouverture de l’abattoir de Moundou pour la labélisation de la viande.
Les bouchers et les transporteurs de la viande, la commune de N’Djaména disposent de 5 aires d’abattage et un abattoir pour alimenter les 15 marchés de la ville dépourvus de toute chambre froide pour le stockage de la viande.
Entre 800 et 1 000 bovins et plus de 2 000 petits ruminants sont abattus, quotidiennement, pour la consommation de la population de la capitale.


Le mémorandum d’entente signé entre le Tchad et le groupe ARISE a pris en compte toutes ces préoccupations, informent les experts qui rassurent qu’il y aura la création des zones industrielles pour le développement du secteur viande au Tchad à Ati, N’Djaména et Moundou pour la première phase.


L’objectif est de développer la filière viande avec l’ensemble des parties prenantes en respectant les termes contenus dans l’accord et d’ici peu la viande tchadienne concurrencera celles de la sous-région voire du continent avec le début du projet de modernisation de la filière viande au Tchad.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *