#Tchad : La Police nationale de l’espace G5 Sahel dresse le bilan des ses activités de 2021

La Police nationale des pays membres de l’espace G5 Sahel dresse, à travers un atelier qui se tiendra du 29 novembre au 3 décembre 2021 à N’Djaména, le bilan de ses activités réalisées en 2021.

Il est prévu aussi la mise en place d’un groupe de travail sur les droits humains. Les participants vont proposer des mécanismes de contrôle sur les droits humains, dresser le bilan, notamment, celle de la convention signée avec l’Institut Danois des Droits Humains (IDDH), la réalisation dans les écoles de polices du projet G5 Sahel et la présentation des conclusions du groupe de travail sur les droits humains.

Les participants vont, également, élaborer des stratégies par le versement des cotisations de pays membres, adopter une stratégie avec les autres forces.

Ouvrant les travaux, le directeur général adjoint de la Police nationale du Tchad M. Sirandi Ongtoïn déclare que, cet atelier cadre parfaitement avec la volonté des plus hautes autorités de la République du Tchad, qui font de la sécurité des personnes et des biens leur cheval de bataille. C’est dans cette optique, justifie-t-il, que le Tchad a adhéré à la plateforme POLI – DH en 2018, après révision des textes statutaires à Niamey au Niger.

« C’est ici l’occasion pour nous d’exprimer; au nom du ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration, notre très profonde gratitude à la République allemande, qui, à travers la GIZ, nous accompagne dans le processus d’adhésion et pour son appui multiforme », note-t-il.

Pour M. Sirandi Ongtoïn, le rôle des Polices nationales Ouest- Africaines, dans la protection des droits humains et des libertés fondamentales, consiste à conjuguer les efforts en matière de protection des droits humains, dans les domaines d’intervention de la police, d’assurer la contribution des institutions de police aux politiques de promotion et de protection des droits humains de la Commission Africaine des Droits Humains et des Peuples et de mutualiser les actions pour la défense des droits humains.
Il déplore que les polices africaines, à tort ou à raison, sont considérées comme des machines de répression des manifestations des opposants au service des régimes politiques aux pouvoirs. Toutefois, M. Sirandi Ongtoïn constate que, de grands efforts ont été fournis pour que les Polices nationales deviennent des institutions au service des citoyens. « Et, le Tchad, mon pays a inséré dans son ordonnancement juridique interne les conventions relatives aux droits humains auxquelles il fait partie », relève le DGA de la Police nationale du Tchad.

Créée le 30 novembre 2013, à Ouagadougou (Burkina), de la volonté commune des représentants des Polices nationales du Burkina Faso, du Mali et du Niger, en partenariat avec I’Institut Danois des Droits de l’Homme, la POLI-DH, doit son existence du désir de se retrouver dans un cadre afin de mutualiser les efforts pour relever certains défis communs relatifs à la protection et à la promotion des droits humains, rappelle le directeur général adjoint de la Police nationale tchadienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *