#Tchad : La CCIAMA propose une médiation entre la douane et les commerçants

Pour trouver une solution au différend qui oppose les services des Douanes aux opérateurs économiques tchadiens, le président de la Chambre de Commerce d’Industries, d’Agriculture, des Mines et d’Artisanat (CCIAMA), M. Ali Adji a fait, ce samedi 21 novembre 2020, un point de presse.


La pomme de discorde entre les deux parties est l’arrêté N° 76 du ministère des Finances et du Budget relatif à la base taxable selon les produits et l’article par conteneur.
D’après le président de la chambre M. Ali Adji, les frais payés par l’importateur ne sont pas intégralement versés dans la caisse de l’Etat. C’est pourquoi, a souhaité le président de la chambre, il faut que ce fonds soit versé effectivement dans sa totalité à la caisse de l’Etat. A ce sujet, M. Ali Adji suggère au ministre de Finances et du Budget de leur accorder un délai supplémentaire afin d’arriver, sous l’égide de la chambre de commerce, à une solution définitive.
M. Ali Adji a observé que certains éléments n’ont pas été pris en compte lors d’élaboration de cet arrêté. Il s’agit bien évidemment, surtout les frais relatifs au transfert qui sont exorbitants. Les risques liés à la perte par rapport au transfert et les éléments par rapport à la concurrence, entre autres.
« Quand on sait qu’un conteur par exemple avec 1 200 sacs du thé est taxé à 5 à 6 millions FCFA, par contre, un plateau avec 2 000 tonnes en provenance du Nigéria ou même de Kousseri est de 3 millions FCFA sur le même marché. Cela pose problème », a relevé M. Ali Adji.
« Nous allons essayer de trouver une solution définitive sur l’ensemble du territoire pour que effectivement les commerçants ne souffrent pas de concurrence déloyale pour que tout le monde paye les mêmes frais sur lensemble du territoire. Nous demandons aux autorités de nous donner un délai supplémentaire, de continuer à échanger, nous sommes en contact avec la direction de douane pour essayer de faire évoluer les choses. Je pense que dans bientôt nous allons trouver un protocole d’accord qui va nous résoudre définitivement ce problème et ce qui permettra à l’Etat de recouvrir ses recettes », a conclu M. Ali Adji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.