Tchad-BAD: Signature d’un protocole d’accord en faveur des filles et des femmes

Promouvoir l’égalité et l’équité dans l’accès à une éducation de qualité pour les filles et à une alphabétisation fonctionnelle pour les femmes (PEPAF) en vue de renforcer le capital humain du Tchad, tel est l’objectif de la signature de ce mercredi 24 février 2021, entre le Ministre de l’Economie, de la Planification du Développement et de la Coopération Internationale (MEPDCI), Dr Issa Doubrange et le Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Tchad, M. Ali Lamine Zeine.

Après la signature du protocole d’accord entre les deux parties, le Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Tchad, M. Ali Lamine Zeine souligne dans son liminaire que le projet sera financé sur les ressources de la Facilité d’Appui à la Transition (FAT) de la Banque et sera mis en œuvre par le ministère tchadien de l’éducation nationale et de la promotion civique, en coordination avec les partenaires actifs dans le secteur de l’éducation, les organisations de la société civile et les jeunes.

Il poursuit dans la même lancée en affirmant que le PEPAF vise à poursuivre la rénovation du complexe scolaire du lycée d’Am-Riguébé à N’Djaména, à construire un nouveau lycée des filles à Massakory dans la province du Hadjer Lamis et à les équiper en mobiliers et équipements pédagogiques, scientifiques et numériques.

Docteur Issa Doubrange, Ministre de l’Economie, de la Planification du Développement et de la Coopération Internationale (MEPDCI), déclare-lui aussi que la scolarisation des filles et l’alphabétisation des femmes devraient contribuer au développement grâce à son effet à court, moyen et long terme sur l’autonomisation de la femme. Elle devrait avoir également des effets positifs directs sur la lutte contre les phénomènes qui constituent des contraintes à l’amélioration des conditions de vie des populations tchadiennes tels que le mariage précoce, la faible scolarisation des enfants, les violences basées sur les genres, le faible accès à la santé et à l’hygiène, la pauvreté, et bien d’autres ».

Le Ministre de l’éducation nationale et de la promotion civique, Monsieur Aboubakar Assidick Tchoroma rassure que le projet démarre le plutôt que possible afin que les femmes puissent s’autonomiser et être efficace.

Le coût global du projet est de 6 230 000 000 milliards de Francs CFA.

Le projet s’articule autour de trois (3) composantes à savoir l’amélioration de l’offre et de l’environnement scolaire pour la scolarisation des filles, le renforcement de la qualité de l’éducation des filles, et du développement de l’alphabétisation fonctionnelle, et enfin, la diversification des filières au Lycée Technique Commercial en lien avec le secteur privé ainsi que l’intégration des travaux pratiques.

M.E.P.D.C.I

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.