Tabaski : Ahmat Annour suggére au gouvernement de décréter une journée de salubrité

Les Musulmans du Tchad à l’instar de ceux du monde, célèbrent ce mardi, l’Aid Al-Adha Al-Moubarack ou la fête du sacrifice.

Une célébration marquée par des prières un peu partout dans les mosquées.  

Le Président du Conseil Militaire de Transition, Président de la République, Chef de l’Etat, le Général de Corps d’Armée Mahamat Idriss Déby Itno a choisi la grande Mosquée Roi Fayçal de N’Djaména pour accomplir son devoir religieux.  

C’est la première fête de l’Aïd Al-Adha pour le Général de Corps d’Armée en tant que Président du Conseil Militaire de Transition, Président de la République.

Arrivé peu avant 08 heures à la grande Mosquée Roi Fayçal, le Chef de l’Etat a été accueilli par les membres du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Tchad (CSAI), amenés par leur président Cheikh Mahamat Khatir Issa. Comme le veut la tradition, il accomplit deux unités de prières surérogatoires avant de rejoindre ses coreligionnaires qui reprennent en cœur les formules de glorification d’Allah.

L’Imam entre dans la salle de prière et dirige aussitôt la séance composée de deux unités de prières.

L’instant d’après est consacré au sermon prononcé en deux parties par Cheikh Ahmat Annour Mahamat Alhélou. Il a rendu grâce au Tout-puissant pour sa miséricorde et invite avec insistance les fidèles à intensifier les prières afin que Dieu débarrasse l’Humanité du coronavirus qui a empêché cette année aussi les pèlerins à effectuer le rite  dans les lieux saints de l’Islam. Le sens profond de la fête a occupé une bonne place dans son sermon.

L’Imam, comme d’usage, n’a pas perdu de vue des questions touchant à la vie de la Nation. Il a invité les tchadiens à adopter un bon comportement et avoir une bonne conduite qui feront d’eux des bons citoyens soucieux du devenir de leur pays. Dans cette lancée, il a doigté les médias nationaux qui, selon lui, ne font pas assez pour la Nation. L’Imam a aussi suggéré au gouvernement de décréter une journée de salubrité à laquelle toutes les composantes de la Nation doivent s’impliquer pour une culture de la salubrité dans nos cités. Pour lui, la société tchadienne peut mieux se porter en respectant les prescriptions divines. Il appelle les fidèles musulmans à multiplier les actes de charité et à respecter les interdits fixés par la religion et les lois de la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *