Société : Des clandomans et des étudiants sensibilisent sur la violence basée sur le genre

Dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les Violences Basées sur le Genre (VBG), le Centre Intégré de Service Multisectoriel (CISM-HNDA), en collaboration avec l’UNFPA, a organisé ce mardi 5 décembre 2023, une campagne de sensibilisation sur la violence basée sur le genre à l’attention des clandomans et aux étudiants de la faculté de médecine de l’hôpital Notre Dame des Apôtres de N’Djaména.

Cette campagne mondiale qui se déroule du 25 novembre à 10 décembre vise à sensibiliser et à lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles, ainsi qu’à promouvoir les droits des femmes.

Pour Nartaingué Ngartoïdi Aristide, point focal du CISM-HNDA, l’implication des clandomans dans la lutte contre la violence basée sur le genre vise à passer le message rapidement à l’endroit de la population à travers leur collaboration avec la population. « Nous voudrions que tous ensemble nous puissions dire non à la violence basée sur le genre, que nous puissions tous ensemble pour permettre à nos femmes, à nos sœurs à nos filles d’être considérées comme des personnes importantes dans nos sociétés et qui pourraient porter un plus sur le développement », souhait-t-il. 

Le point focal du Centre Intégré de Service Multisectoriel (CISM-HNDA) informe que sa structure intégrée des services multi sectoriels a pour service des victimes de violence basée sur le genre, notamment, le service médical, psychosocial, juridique et dans un futur proche, il mettra en place un service de réinsertion socio-économique pour toutes les victimes de violence basée sur le genre. Ce dernier indique que, dans le CISM-HNDA, les victimes de violence sont systématiquement prises en charge de manière gratuite.  Il n’y de aucun frais à payer qu’il est appuyé par l’UNFPA autre agences notamment l’UNICEF, le PNUD.

Pour le représentant du l’UNFPA, Nanga Boumbaye, les clandomans, c’est des gens qui travaillent beaucoup pour la société collaborent avec eux, ils peuvent arriver à éradiquer la violence basée sur le genre. « On doit soi-même être exemplaire en évitant d’abord de violenter sa femme à la maison et d’ensuite sensibiliser les autres », a-t-il conseillé. Il rassure que l’UNFPA et tous les systèmes des nations unies comptent énormément sur les clandomans, car ils font un travail remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *