Sali Bakary : « l’apport des politico-militaires est décisif au dialogue »

L’analyste des questions politiques et sociétales, par ailleurs, enseignant-chercheur à l’Ecole Normale Supérieure de N’Djaména (ENS), docteur Sali Bakary dans un entretien accordé à N’Djaména Actu, il s’est exprimé essentiellement sur la signature de l’accord de Doha paraphés ce mardi 8 août 2022  au Qatar entre le gouvernement et les politico-militaires.

Propos récueillis par Mahamat Adoum Issa

Selon lui, l’acte posé par les politico-militaires ayant signés l’accord est salvateur et contribue à la relance de processus de paix et donnera une nouvelle impulsion au prochain dialogue national inclusif. « Imaginez un dialogue national sans la présence des mouvements de l’opposition armés c’est à la limite une foire nationale », insiste, l’enseignant-Chercheur, docteur Sali Bakary.

D’après l’analyste des questions politiques et sociétales, il ne faut pas incriminer ceux qui n’ont pas signés l’accord et ce des hommes qui ont des principes et leurs principes n’ont été pas respectés. « Si le dialogue se déroule normalement, selon, le format et il n’est pas exclu que les mouvements qui n’ont pas signés rejoignent le peuple tchadien », espère, Sali Bakary.

Pour lui, le dialogue c’est une occasion pour que tout le peuple tchadien se réunisse, s’il demande aux politico-militaires d’accepter de le rejoindre au dialogue comme ils représentent une partie des tchadiens, les mouvements armés vont revenir au dialogue.  

L’enseignant-chercheur à l’Ecole Normale Supérieure de N’Djaména, estime que l’apport des politico-militaires est décisif au dialogue. « Doha est devenu un dialogue avant le dialogue, toutes les questions ont été discutées à Doha. Comme les questions de la représentativité des membres du Conseil Militaire de Transition aux prochaines élections présidentielles et de la charte de transition etc. », a déclaré, docteur Sali Bakari.

Tout en espérant qu’avec cet d’accord le pays est sur un bon départ.

L’analyste des questions politique et enseignant-chercheur à l’Ecole Normale Supérieure de N’Djaména, docteur Sali Bakary souligne que le président du Conseil Militaire de Transition est sur un bon départ en réussissant de réunir les tchadiens aux idées et aux projets divergents autour d’une table pour discuter les problèmes des plusieurs années des conflits armés.

Propos récueillis par Mahamat Adoum Issa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.