Réseaux sociaux : L’ADC demande au gouvernement de lever la restriction

L’Association de défense des droits des consommateurs (ADC), dans un communiqué signé, ce lundi 3 août 2020, de son secrétaire chargé des droits et des Intérêts Economiques, M. Yaya Sidjim, a exprimé son indignation face aux difficultés qu’éprouvent les abonnés des opérateurs de la téléphonie mobile de NDjaména pour l’accès aux réseaux sociaux (Facebook, WhatSapp, etc).
Selon Yaya Sidjim, les utilisateurs des provinces n’ont même plus l’accès à l’Internet. Cette situation porte gravement atteinte aux droits à l’information et à la liberté d’expression des citoyens consommateurs, relèvea le communiqué.
« Il nest pas superflu de rappeler que le partage d’information et la faculté de communiquer librement en utilisant les TIC font partie des droits humains tels que garantis par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ainsi, les NTIC et notamment les réseaux sociaux, sont désormais considérés comme des biens et services essentiels tels que l’eau, l’électricité, la nourriture mais également des leviers de développement »a ajouté le secrétaire chargé des droits et de des intérêts économiques de l’ADC.
Selon lui, restreindre en ce 21ème siècle, l’accès des citoyens consommateurs à l’Internet et aux réseaux sociaux constituent une violation de la liberté d’expression et de communiquer.
L’ADC exprime ses vives préoccupations sur cette privation de liberté de communiquer et du droit à l’information. Au lieu de pénaliser tous les consommateurs, l’ADC est favorable à une solution judiciaire. Les autorités compétentes ont la possibilité de solliciter les services de l’ANSICE pour traquer ceux ou celles qui font une mauvaise utilisation des TIC en usant les réseaux sociaux comme moyens de troubler la quiétude au sein des communautés, et porter atteinte à l’ordre public.
Cest pourquoi, l’ADC demande au Procureur de la République d’entreprendre des actions judiciaires afin de retrouver les coupables et d’appliquer la loi dans toute sa rigueur.
Par ailleurs, l’ADC lance un appel à l’Assemblée Nationale de voter une loi portant répression des infractions relatives aux incitations à la haine entre les communautés. De même, l’ADC invite les tchadiens à la culture de la paix et à lutter résolument contre la haine entre les communautés.
L’ADC demande aux opérateurs de téléphonie Mobile, à l’ARCEP et au Gouvernement de faire rétablir l’accès aux réseaux sociaux et mettre fin définitivement à ce genre de pratiques privatives de liberté d’expression et de communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.