Recensement : Oumar Djimet Moussa en campagne de sensibilisation à Abtouyour

La campagne départementale de sensibilisation sur la révision du fichier biométrique des électeurs et l’inscription sur les listes électorales dans le département d’Abtouyour, province du Guéra bat son plein.

Le coordinateur départemental chargé de suivi et des opérations du recensement électoral dans le département d’Abtouyour, M. Oumar Djimet Moussa, par ailleurs, membre du bureau politique national du Mouvement Patriotique du Salut (MPS) a entamé une tournée de sensibilisation et de mobilisation pour le compte du MPS dans les différents chefs-lieux des cantons dudit département.


Rencontré ce 14 octobre 2020, à Bitkine, fief du MPS, M. Oumar Djimet Moussa explique que l’objectif de cette mission de sensibilisation est d’inciter la jeunesse à l’âge de voter de s’inscrire massivement sur le fichier électoral. D’après M. Oumar Djimet Moussa, c’est une mission du BPN est venue pour appuyer la sous CENI départementale dans le cadre de l’opération de révision du fichier électoral. Il a expliqué que le processus de révision du fichier électoral est une étape fondamentale, parce, dit-il, le Tchad étant un pays démocratique, le jeu démocratique ne peut se faire qu’à travers les cartes des électeurs, c’est çà l’arme du militant d’une formation politique. Selon lui, le mouvement Patriotique du Salut est le porteur de la volonté historique du peuple tchadien, c’est pourquoi, nous avons l’intérêt à ce que ce processus réussisse. Chaque citoyen puisse entrer dans ses droits afin qu’il s’exprime dans le jeu politique au niveau national.


M. Oumar Djimet Moussa a informé que la révision du fichier électoral concerne une tranche de la population. Il s’agit essentiellement de la population jeune, celle qui, en 2016, n’avait pas encore atteint l’âge de la majorité et donc, explique-t-il, après cinq ans y a une cohorte qui est entrée dans l’âge de la majorité et qui devrait avoir sa carte d’électeur pour pouvoir s’exprimer son choix dans le scrutin futur.
«Nous sommes ici, pour appuyer la sous CENI départementale à travers les autorités administratives, traditionnelles, religieuses sur place pour pouvoir sensibiliser tout le monde pour que chaque ménage qui a un enfant, qui est déjà entré dans l’âge adulte de s’enrôler pour avoir sa carte d’électeur », a précisé M. Oumar Djimet Moussa, soulignant que, la délégation est conduite par le chef du département, notamment le préfet du département d’Abtouyour qui a fait le tour dans les coins et recoins dudit département pour galvaniser la population.
D’après lui, le niveau de la mobilisation est satisfaisant. Pour ce qui est de résultat, a noté M. Oumar Djimet Moussa, nous sommes aujourd’hui à plus de 12 400 environ. Toutefois, indique-t-il, par rapport à l’objectif prévu à la projection démographique pour le département d’Abtouyour qui est de 30 332, nous sommes encore environ à 39 à 40%.

Par rapport au temps qui est imparti, c’est-à-dire les vingt jours, nous sommes relativement en retard puis que nous avons pratiquement consommé déjà les 60% du temps, alors que nous sommes encore à 40% du résultat. Et donc nous avons un peu accusé prés que 20% du temps. Sur çà, nous demandons la population à doubler d’effort et surtout, à la CENI, notamment, aux opérateurs de CENI à doubler leurs performances pour qu’on puisse atteindre ces résultats. Il est vari que, observe M. Oumar Djimet Moussa, plusieurs facteurs qui ont perturbé cet enrôlement. Le déploiement ne s’est pas fait le 1er octobre comme il se doit. Les activités ont été commencées qu’à partir du 4 octobre 2020. Il faut signaler également, qu’il y a un problème d’énergie. Mais ce problème d’énergie a été vite résolu par la CENI mère. Et Dieu merci, la CENI mère nous a envoyé de batteries de forte autonomie.
M. Oumar Djimet Moussa lance un appel à l’endroit de la population du département d’Abtouyour de sortir massivement pour se faire enrôler, là où partout y a le kit. «L’enrôlement c’est d’abord un droit. Tout citoyen a le droit. C’est son droit le plus absolu de participer dans l’expression politique au niveau national. Mais il peut s’exprimer qu’à travers sa carte » a-t-il conclu.
MSK. Lawandji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.