Province : L’ONAPE antenne de Sarh fait son bilan annuel

L’Office National pour la Promotion de l’Emploi (ONAPE), instance paraétatique chargé de mettre en place la politique général du gouvernement en matière de l’emploi, antenne de Sarh a dressé le bilan de ses activités réalisées en 2020.


Prenant les reines de cette institution il y’a de cela deux mois et une semaine dans le Moyen-Chari, le chef d’antenne de l’ONAPE de Sarh, M. Mahamat Alhafiz Idriss Ouchar précise que les réalisations de 2020 tournent autour de trois programmes.

Le programme auto-emploi qui a financé cinquante projets dans la ville de Sarh à hauteur de soixante onze millions FCFA (71.000.000 fcfa).

En termes de crédit agricole, l’ONAPE a financé deux cent quatre vingt seize (296) projets individuels comme collectifs d’une valeur de 83.000.000 FCFA. Aussi, le programme d’appui aux diplômés sans expérience (PADE). Ce dernier programme vise à insérer des jeunes en stage de trois à six mois dans des institutions tant publiques que paraétatiques conformément aux conventions signées.


A Sarh, ce sont la Nouvelle Société Textile du Tchad (NSTT), la Cotontchad, l’hôpital provincial de Sarh, les cabinets d’avocats ainsi que des offices notariales qui sont retenus pour ces stages. Quatorze stagiaires seront déployés à l’hôpital provincial de Sarh.
Parlant des difficultés, Mahamat Alhafiz Idriss Ouchar indique que la première difficulté réside dans le remboursement des crédits qui sont d’ailleurs sans intérêt. Aussi, le manque de diversification dans la sélection des projets ainsi que la mal identification des bénéficiaires de crédits seraient la cause du retard dans les recouvrements. S’ajoute à ces difficultés, la Covid-19 qui a impacté sur leur calendrier de financement. Tout compte fait, l’institution entend en 2021 former les demandeurs de crédits en culture d’entreprenariat et de gestion de projet. Un programme déjà accordé par la direction générale mais retardé par la pandémie de Covid-19.

Le chef d’antenne de l’ONAPE de Sarh dévoile que pour que l’action de sa structure soit pérenne dans la province du Moyen-Chari, il faut que les bénéficiaires respectent les échéances de remboursement de crédits afin de permettre le renouvellement ou l’octroi de ce crédit à d’autres producteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.