Province du Lac : Risque de famine dans la localité de Baga-sola

A Baga-sola, localité située à plus de 300 km de la capitale, N’Djaména, dans la province du Lac, la population est plongée, ce dernier temps, dans une pénurie de denrées alimentaires, notamment le maïs et autres produits de première nécessité.
La pénurie du maïs dans cette contrée productrice de céréales est palpable.

À l’époque, elle est considérée la première productrice des maïs au Tchad. Ces dernières années, la zone est confrontée à d’énormes difficultés, surtout avec la montée de la violence orchestrée par les éléments de la secte nigériane Boko Haram. La rareté de maïs et autres produits vivriers a aggravé, par ailleurs, la cherté de la vie. Cette pénurie s’explique par le fait que les producteurs n’arrivent pas à accéder aux polders pour les travaux agricoles.
Aujourd’hui, au marché de Baga-sola, un sac de maïs se vend à 30 000 FCFA. Le petit mil, dit penicilaire en provenance du Lac est vendu à 55 000 FCFA, le sac. Tandis que le Coro de sorgho rouge, communément appelé « Djigari » un coro coûte 1 250 FCFA et le sac est vendu à 6 500 FCFA. Par contre, le sac du blé se vend à 45 000 FCFA.


D’après le président du marché à mil de Baga-sola M. Mahamat Kafaral, la rareté de produits alimentaires dans le département de Kaya, notamment le maïs le plus produit dans cette localité est due à l’insécurité galopante occasionnée par les éléments de Bolo haram. Selon lui, tous les agriculteurs de maïs ont fuit leurs champs. De peur qu’ils soient exécutés par les éléments de Boko Haram. M. Mahamat Kafaral rappelle qu’à l’époque, c’est cette zone du Lac Tchad que les commerçants de maïs ravitaillent la ville de N’Djamena, Mao et autres localités du pays.
« C’est dans la localité de Tchoukoutalia, Litiri, Bohoma et Ngabowa que les gens produisent plus les maïs » confie Mahamat Kafaral expliquant que cette pénurie de produits alimentaires dans la localité de Baga-sola est causée par les exactions commises par les éléments de la secte Boko Haram. Il espère qu’après l’intervention du maréchal du Tchad, Idriss Deby Itno, président de la République du Tchad, en neutralisant les Boko Haram dans la région du Lac Tchad, les producteurs de maïs peuvent accéder à leurs champs afin de produire sinon, a ajouté, la situation va devenir extrêmement grave.
« À l’heure où je vous parle, la situation est difficile à Baga-sola. Mais Dieu merci, avec la distribution des produits alimentaires aux personnes démunies faite par les autorités du pays en cette période de la pandémie du COVID-19, la population a eu de quoi manger. Mais dans les prochains jours si les autorités du pays n’ont pas réagi à temps, une famine s’installera dans le département de Kaya », alerte M. Mahamat Kafaral.
Au delà de Baga-sola, cest tout le Lac qui est sous la menace de la famine, estiment plusieurs observateurs de la province.
MSK. Lawandji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.