Province : À Wadi Fira les éleveurs sont confrontés à une soudure pastorale sévère dans le contexte de COVID-19

Dès la découverte du premier cas de COVID-19 dans le pays, le gouvernement tchadien a pris des mesures pour faire appliquer les mesures barrières préconisées par l’OMS pour contenir la propagation de la maladie et atténuer les effets néfastes de la pandémie.

Ces mesures prises ont eu toutefois des conséquences négatives à différents niveaux, comme la baisse de la disponibilité de l’aliment bétail importé due au fort ralentissement de la chaine logistique ; la réduction de l’accès aux services et aux intrants vétérinaires ; les difficultés d’accès aux marchés à bétail à cause des restrictions de mouvements commerciaux notamment la fermeture des frontières terrestres.


Selon les résultats du Cadre Harmonisé (CH) de mars 2020, au Tchad, 1 017 358 personnes pourraient se retrouver en phases « crise » ou « urgence ». La majorité de ces personnes est dans la bande sahélienne du pays. Cette situation est exacerbée par les mouvements de transhumance des éleveurs qui ont également besoin d’assistance alimentaire et d’appui pour renforcer leurs moyens d’existence. Des interventions d’urgence ont été nécessaires durant la période de soudure pour éviter tout basculement dans une insécurité alimentaire aggravée.
Ce projet vise à appuyer 15 000 personnes appartenant à 2 500 ménages d’éleveurs vulnérables dans la province du Wadi Fira, à travers la protection du cheptel productif et l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ciblés. Cette intervention inclue la campagne de vaccination de 200 000 bovins et camelins et 200 000 petits ruminants pour la prévention des épizooties courantes telles que : le charbon bacteridien, le charbon symptomatique et la septicémie hémorragique, ainsi que la Peste des Petits Ruminants. Elle sera complétée par le déparasitage interne et sanguin pour les animaux affaiblis. Aussi, quelques 500 chefs de ménage seront formés en technique de fabrication de pierre à lécher
Le projet assurera plus spécifiquement la distribution d’aliment bétail, soit 250 000 kg de tourteaux de graines de coton pour les gros et petits ruminants, 5 000 blocs nutritionnels de 5 kg. Compte tenu du contexte actuel de COVID-19, des dispositions sont également prises sur le terrain pour que les interventions et l’interaction avec les bénéficiaires se déroulent dans le strict respect du principe «  Ne pas nuire/ Do Not Harm».
Ce projet est financé par le gouvernement canadien à hauteur de 538 407 USD soit 300 367 035 FCFA et répond à l’objectif stratégique N°5 de la FAO « Améliorer la résilience des moyens d’existence face aux catastrophes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.