POLITIQUE : L’appel de Max Kemkoye pour le changement

Le président national du parti Union des Démocrates pour le Développement et le Progrès (UDP) M. Max Kemkoye a animé une conférence de presse, ce 26 septembre 2020, au siège de sa formation politique sis au quartier Moursal dans la commune du 6ème arrondissement, sous le thème «Election 2021 et responsabilité des électeurs en vue du changement ».


M. Max Kemkoye, déclare, d’entre de jeu, que la conférence se veut thématique et axée essentiellement sur le lancement d’une initiative politique tout à fait originale qu’il propose aux électeurs tchadiens, à l’effet de créer un changement dans le pays. Changement dit-il, du contexte électoral et si possible, changement de gouvernance. Cette initiative participe d’un nouveau paradigme à grands enjeux, contrairement au classicisme politique habituel sans effets qui a cours jusqu’ici.
Selon le président de l’UDP, pour reconsolider son pouvoir et s’assurer de sa réélection, puis de la mise en place d’une législature acquise à sa cause avec une majorité mécanique à sa dévotion comme le cas de celle en cours, M. Idriss Déby ITNO a mis en place une CENI totalement inféodée à son parti. Laquelle CENI y siège 90% de ses chevaliers servants et, à la tête de laquelle, trône un président girouette quil oriente au grès de ses intérêts et intime comme il entend. Cette CENI est adoubée dans ses oeuvres lugubres d’un CNDP qui n’a pompeusement de cadre national de dialogue politique que de nom, cénacle composé à majorité du MPS, ses alliés et autres tigres de papier que M. Idriss Déby ITNO sen sert comme caution politique qu’il miroite aux yeux des partenaires pour empêcher le vrai dialogue dont réclame l’opposition conséquente.
«Il est sans conteste que, mis dans les mêmes conditions de compétitions électorales et à la régulière, le président Idriss Déby ITNO est conscient qu’il ne fera pas le poids face à un candidat sérieux.

A cet effet, tous les mécanismes de fraudes et de trucages sont mis en place par ses deux organes pour lui offrir un sixième mandat de six ans renouvelable sur le plateau argenté de Maréchal. Puisqu’en bon soldat, celui-ci na pas peur des balles tirées d’un canon d’un fusil. Il a plutôt peur d’un bulletin de vote lâché de la main d’un électeur. Cette balle-là, Monsieur Idriss Déby ITNO la redoute chaque fois que les élections approchent. Ce qui explique non seulement son immixtion mais le contrôle total du processus. Et nul n’a besoin d’une expertise savante pour lire ou comprendre que c’est totalement antinomique qu’il s’attribue le titre de Maréchal et organise les élections pour les perdre », dénonce Max Kemkoye.
M. Max Kemkoye souligne que le président Idriss Déby a organisé cinq fois de suite des élections présidentielles, trois fois pour les législatives, une fois pour les référendaires et une fois pour les municipales, c’est pourquoi justifie-t-il, les électeurs ont été abusés. Et l’espoir du changement qu’ils nourrissaient n’a jamais été réalisé à cause de la détermination vaille que vaille de confiscation du pouvoir et de tout le pouvoir par le système en place. De tout temps, le droit au suffrage des électeurs a été altéré, travesti, ce à chaque élection au point où la désaffection électorale s’est définitivement installée et dont on frôle aujourd’hui le péril démocratique avec les prochaines élections de 2021. Ces élections sont des élections sans enjeux pour les populations, abandonnées à leur triste sort et qui, se battent chaque jour, seul contre leur propre démon, la pauvreté et la misère ambiante, malgré l’immensité des ressources du pays.
Pour Max Kemkoye, cette quête de pouvoir absolu entrepris par le président Idriss Deby ITNO a mis en place et réussit une stratégie de dépareillage de l’opposition dont une partie sest ancrée dans une plasticité sans nom. « Par voie de conséquence, certains chefs de partis de l’opposition qui ne s’attendent à rien et qui n’ont rien n’a perdre, sont obligés de faire du racolage politique pour des riquiqui afin de survivre tout en versant dans les complots de couloirs contre les autres qui sont conséquents dans leur lutte et cohérents politiquement et qui se battent du mieux qu’ils peuvent pour la démocratie. Cette stratégie a permis de décrédibiliser et de délégitimer l’opposition vis-à-vis de l’opinion nationale et de la communauté internationale », martèle-t-il.
Pour trouver une solution à cette situation, l’UDP, tout en appelant les partis politiques qui, ne font pas de l’opposition mais font de la position, d’arrêter cette vilénie avilissante qui dénature la lutte politique. Il invite les partis politiques sérieux de l’opposition à porter avec lui, ce combat qui n’est autre chose que le socle d’intérêts communs pour lequel, ils battent pour tous, pour plus de démocratie et de développement pour le bien-être des concitoyens. Et même si, Monsieur Idriss Deby ITNO a le pouvoir, l’argent, l’armée, et les médias de services publics, eux ils ont plus de la moitié du peuple tchadien pour faire changer les choses. « Nous savons ce de quoi un peuple est capable et les exemples sont légions de par le monde. Ce faisant, si nous nous battons sincèrement pour ce pays et son peuple, engageons-nous et cette fois-ci, la majorité de la population sera avec nous pour faire changer les choses pour le grand bien de tous les Tchadiens sans exclusion », a-t-il conclu.
MSK. Lawandji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.