Le gouvernement s’engage : « Aucun faux-fuyant ne peut être toléré »

Dans une note circulaire consécutive à la tournée du chef de l’Etat entamée le 5 novembre dernier dans les provinces du pays, le ministre d’Etat, ministre secrétaire général de la présidence coordonnateur de l’action gouvernementale Kalzeube Payimi Debeut, s’adressant à tous les membres du gouvernement, aux gouverneurs et responsables administratifs ainsi que tous les chefs traditionnels, qu’il y a urgence et nécessité impérieuse de respecter et faire respecter toutes les orientations, instructions et mesures prises par le président de la République lors de ses déplacements.


De ce fait, dans la note circulaire rendue publique ce mercredi 16 décembre 2020, il de faire une large communication sur les actes posés par le maréchal du Tchad et les engagements pris. Par ailleurs, les agents et responsables civils et militaires qui ont passé plus de trois ans à leur poste doivent être remplacés, relevés ou mutés. Les gouverneurs doivent faire diligence et procéder dans les meilleurs délais à la récupération des armes de guerre détenues illégalement par les civils et autres. Des commissions locales de récupération d’armes doivent être mises en place aux fins de procéder à cette opération dans les meilleurs délais, les autorités traditionnelles doivent être mises à contribution, instruit le coordonnateur de l’action gouvernementale.


La note circulaire demande aux gouverneurs des provinces d’assumer leurs responsabilités car ils disposent des forces de défense et de sécurité pour les appuyer dans leurs missions de défense et de sécurisation de leurs circonscriptions et des populations.
« La recrudescence des conflits inexplicables, incompréhensibles et inacceptables de ces dernières semaines dénotent de la défaillance des administrations territoriales et traditionnelles locales ainsi que du manque d’anticipation. Tous les auteurs et présumés auteurs quels qu’ils soient doivent être recherchés, arrêtés et traduits en justice. Tous les coupables de ces crimes odieux doivent être transférés loin de leur circonscription pour purger leurs peines », martèle la note.


Il est demandé à travers ce document, à toutes les autorités administratives de recenser les conflits latents et mener une vaste campagne de sensibilisation dans leurs circonscriptions respectives en vue de prévenir toute survenue des conflits fratricides ou intercommunautaires autour d’une fausse cause telle que les points d’eau, les pâturages et les champs.


« La terre appartient à l’Etat et nul ne peut s’aliéner ou tuer son concitoyen pour s’arroger la propriété », tranche le gouvernement précisant que le maréchal du Tchad attache du prix à la stricte observation de ces mesures qui ne doivent pas souffrir d’aucun manquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.