ENERGIE : La SNE s’active à régler les problèmes de coupures de courant

Le directeur général de la Société Nationale d’Electricité, Mahamat Adoum Ismail promet lors d’un point de presse tenu ce mercredi 30 septembre 2020 que la lumière brillera dans les foyers, KoranDja, et le délestage ne sera qu’un mauvais lointain souvenir.


Il informe que le dernier trimestre 2020 et l’année 2021 seront consacrés aux grands travaux des infrastructures électriques. Progressivement, mais indubitablement, la SNE redorera son blason et regagnera, je l’espère, la confiance de sa clientèle, s’engage Mahamat Adoum Ismail qui reconnait que les citoyens et usagers de la Société Nationale dElectricité de la capitale et en provinces font face depuis quelques semaines à des délestages intempestifs dus principalement à des difficultés d’ordres technique, financier et matériel.
« Il est important de savoir que pour la ville de N’Djaména, qui représente plus de 95% de l’activité de la SNE, 7 groupes sur 14 sont en arrêt. Les 7 restants et les 3 opérateurs privés produisent 70 MW soit une énergie livrée de 1680 000 KWH par jour pour des besoins de la ville estimée à 2 400 000 KWH, la ville n’est alors couverte qu’à 70% », déclare-t-il.
« Ce déficit est aggravé, quand surviennent des défauts et des pannes dus à la vétusté des lignes de distribution et à un réseau de transport surchargé », souligne le directeur général de la SNE. M. Mahamat Adoum Ismail expliquant que la situation des centrales des villes de l’intérieur du pays est également désastreuse et l’état délétère dans lequel se trouve aujourd’hui l’entreprise découle principalement de ses finances déficitaires qui, elles-mêmes, sont la conséquence du non-paiement des factures par les clients.
« Un tiers de personnes s’alimentent de façon illégale. Pire, des fraudes organisées se généralisent au détriment non seulement de l’équilibre économique générale de l’entreprise, mais aussi, et très souvent du danger que présente le risque d’électrocution surtout en période de pluie et d’humidité », déplore-t-il.
Le directeur général de la Société Nationale d’Electricité annonce entre autres pistes de solutions, la réparation, la réhabilitation des groupes pouvant porter la production totale à 121 MW auxquels vont sajouter le 32 MW de la Centrale DENALI en construction à Djarmaya soit au total 153 MW pour un pic estimé en Mai 2021 de 130 MW dégageant ainsi un excédent de 23 MW.
Ainsi, au renouvellement et au renforcement des Sous-stations de Gassi et de Lamadji augmentant la capacité actuelle de transit limitée de 135 MW à 175 MW pouvant accueillir les producteurs privés d’énergie renouvelable qui se bousculent au portillon, mais ne peuvent s’y raccorder faute de capacité. A la densification et à la modernisation du réseau de distribution via la création de 8 nouveaux départs allongeant l’existant de 55 MW en moyenne tension et 30 KW en basse tension, soit une couverture totale de 1400 Km desservis par 563 postes dont 25 nouveaux postes.
Mahamat Adoum Ismail se félicite de son passage en 2017 en passant 28 mois et pendant cette période l’interruption d’électricité était rare et en 2017 pendant toute l’année, il n’ya jamais eu de blackout (coupure générale).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.