Éducation : 105 042 candidats composent le BEF édition 2021

105 042 candidats entament, ce jeudi 15 juillet 2021, les épreuves orales, physiques et sportives du Brevet de l’Enseignement Fondamental (BEF), édition 2021, sur l’ensemble du territoire national. 

49 autres composent également à Djedda, (Arabie Saoudite). Les épreuves écrites sont décalées pour la semaine prochaine.   

Le directeur général adjoint de la Direction des Examens de Concours du Secondaire (DECS), M. Djedanem Banga situe que la particularité de l’organisation du BEF, de cette année, se résume à la mise en place de nouvelles stratégies.  Des textes, notamment, l’arrêté 77, régissant l’examen, sont mis en circulation, pour que tous les acteurs puissent s’y conformer et organiser, normalement, le BEF.

Il informe que la mise en place de structures de vérification des listes de candidats au BEF, a permis de déceler quelques irrégularités, surtout pour les candidats, de la ville de N’Djaména. « La modification du calendrier, qui a fait soulever quelques questionnements, n’est pas de nature à perturber l’ordre de préparation du BEF. C’est juste une modification, qui permet, aux uns et aux autres, d’être au point pour que l’organisation du BEF 2021 se passe dans les bonnes conditions », rassure, M. Djedanem Banga.

D’après lui, le problème de centralisation des listes des candidats, soumises à la vérification, demeure l’une des difficultés. Des responsables, au niveau déconcentré, n’étaient pas, en mesure, d’envoyer les listes de candidats à temps. M. Djedanem Banga juge inadéquat le changement du calendrier à cause de nombreuses perturbations. « Les quelques pluies de juillet, coïncidant, avec les examens, perturbent le processus de notre organisation», ajoute, -t-il.

Concernant le cas de certains candidats officiels inscrits et n’ayant pas leur nom sur la liste, le directeur général adjoint de la DECS reconnait, qu’effectivement, pour la ville de N’Djaména, plusieurs candidats omis, sont, soit des inscrits irréguliers, soit de candidats libres. Selon le texte organique du BEF, les candidats officiels, sont, ceux-là, qui sont inscrits, régulièrement, dans un établissement. Ils doivent suivre les cours, pour toute une année, tout en ayant entre 14 ans et 16 ans. « Tout tchadien qui dépasse l’âge de 17 ans ou plus, peut composer le BEF, mais, en qualité de candidat libre. Ce n’est pas une discrimination. Car cela nous permettra de revoir des statistiques afin d’évaluer les performances de notre système éducatif pour une meilleure projection de l’avenir»,  explique M. Djedanem Banga.

Il appelle les responsables des établissements scolaires et les enseignants, à la probité. »Nous formons des citoyens de demain qui copient nos comportements, en sorte que, s’ils arrivent à prendre les choses en main, qu’ils le fassent avec beaucoup de sérieux, de probité afin que notre pays puisse vraiment se développer », exhorte le directeur général adjoint de la DECS.    

MSK. Lawandji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *