Economie : vers l’organisation d’une table ronde pour la mobilisation des financements dans l’espace UEAC

Une Session extraordinaire du conseil des ministres de l’Union Economique de l’Afrique centrale (UEAC), s’est tenue dans la capitale économique camerounaise, le 10 août 2021.

C’est en prélude au prochain Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac), après une série de rencontres virtuelles.
A analyser la situation économique, le monde traverse une crise sanitaire d’une ampleur inédite, ponctuée avec une récession mondiale de 3,3%. Ce qui n’a pas épargné les pays membres de l’UEAC.

Les travaux sont, pour l’essentiel, consacrés à l’évaluation de la situation macroéconomique dans la zone Cémac en contexte de pandémie du covid-19 et à l’analyse des mesures de redressement.


Dans le prolongement de la réponse communautaire à la crise économique de 2016, le conseil des ministres a examiné avec pragmatisme et détermination les mesures idoines pour une rapide sortie de la crise ainsi qu’une relance de la croissance économique de manière forte, durable et inclusive.


Le conseil s’est incliné devant la mémoire d’un grand panafricain, le Maréchal du Tchad, disparu tragiquement le 20 avril dernier.


« Au moment où nos pays ont engagé les négociations pour des programmes de deuxième génération avec le Fonds Monétaire International, les objectifs de transformation structurelle de nos économies doivent être au cœur de nos préoccupations. D’abord assurer une riposte adéquate à la pandémie du COVID 19 et ensuite reconstituer nos économies, sur les modèles appropriés, résilients et porteurs de croissance et d’emplois », a expliqué, Alamine Ousmane Mey, ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire du Cameroun, président du conseil des ministres de l’UEAC.


Il félicite l’ensemble des Etats pour la maîtrise à ce stade de la pandémie et pour les efforts ayant produit des résultats dans la sous-région, ainsi que la mise en œuvre des premières réformes qui a abouti entre autres, à une consolidation budgétaire basée sur l’élargissement de l’assiette fiscale et sur l’amélioration de la qualité de la dépense publique.


De même, Ousmane Mey explique que la reconstitution du niveau des réserves de change assure la soutenabilité extérieure des Etats, en collaboration avec des principales sociétés exploitant des ressources naturelles en vue du rapatriement des recettes d’exportation.

La fusion effective des deux marchés financiers de la sous-région, ainsi que l’organisation d’une table ronde pour la mobilisation des financements en faveur des projets intégrateurs sont à saluer.


« Si nous pouvons nous réjouir de ces résultats non exhaustifs, de nouvelles situations de crise, liées notamment à la pandémie de la COVID-19, aux crises sécuritaires fragilisent nos équilibres macro-économiques rétablis au prix de nombreux efforts. Dans le but de retrouver le sentier de l’émergence la rencontre d’aujourd’hui nous permettra de nous pencher sur l’évaluation de l’impact des réformes entreprises jusque-là et à de procéder à l’identification d’autres mesures dont la pertinence pourrait garantir à notre sous-région un meilleur rebond face aux crises susmentionnées. Je ne doute pas un seul instant des résultats auxquels nous parviendrons au terme de nos échanges. Ils permettront certainement d’alimenter les réflexions, les analyses pour des décisions judicieuses à prendre par les plus Hautes Autorités de la Cémac », a déclaré, le président du conseil des ministres de l’UEAC, Ousmane Mey.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.