VERSINIS : Des Tchadiens continuent de perdre leur emploi aux BDT

La réhabilitation des employés Tchadiens licenciés par les Brasseries du Tchad (BDT), a été l’un des objets du point de presse du président du Collectif Tchadien Contre la Vie Chère (CTVC), M. Dignamnayale Nely Versinis, ce samedi 17 octobre 2020, donnant ainsi, un avertissement aux responsables de cette société.


Tout en se réservant le droit d’appeler dès le 07 novembre 2020 à une marche pacifique et citoyenne sur toute l’étendue du territoire national de tous les consommateurs, Versinis déplore le fait que les BDT se transforment en une usine de production des chômeurs et un refuge des expatriés qui ne cherchent qu’à s’enrichir, pendant que les nationaux, certains, perdent leurs avantages, et d’autres licenciés en cascade.


Le Collectif Tchadien Contre la Vie Chère (CTVC), souligne que l’actuelle équipe dirigeante des Brasseries du Tchad (BDT) foule allègrement aux pieds la souveraineté du pays et les intérêts de ses concitoyens, qualifiant de pratique maffieuse le comportement des patrons des Brasseries du Tchad (BDT) qui se voient en territoire conquis.
A en croire le président du CTVC, Dignamnayal Nely Versinis, les trois Conventions d’établissement obtenues sur 15 ans ont permis au groupe Castel-Tchad d’engranger plus de 2 milliards de FCFA. « Une telle somme pourrait aider le Tchad à construire 225 km de route bitumée voire plus. Et comme si cela ne suffisait pas, les BDT font venir l’essentiel de leur personnel de l’extérieur. Ces agents importés occupent les meilleurs postes et perçoivent des salaires gargantuesques au détriment des employés tchadiens », regrette-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.