#Niger : un deuil national de trois jours décrété

Les drapeaux seront mis en berne sur toute l’étendue du territoire national, à compter de ce mardi 23 mars, en mémoire des victimes des récentes attaques jihadistes.
Le bilan officiel est lourd : 203 morts en l’espace d’une semaine. Les assauts jihadistes du dimanche 21 mars « dans les localités d’Intazayene, de Bakorat et Wistane et plusieurs autres hameaux et campements (région de Tahoua) » ont causé 137 décès selon un communiqué du gouvernement nigérien.

Six jours auparavant, 66 personnes avaient perdu la vie à Tillabéri. Cette région frontalière de Tahoua se situe dans la zone dite des trois frontières à la lisière du Niger, du Mali et du Burkina Faso.

L’exécutif nigérien a remarqué que les auteurs de ces attaques sanglantes, « en prenant dorénavant les populations civiles pour cible, franchissent une étape de plus dans l’horreur et la barbarie ».

C’est pourquoi, le gouvernement a appelé « la population à plus de vigilance tout en réaffirmant sa détermination à poursuivre la lutte contre le terrorisme jusqu’à la victoire finale ».

Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), a exprimé ce mardi « son indignation et sa préoccupation suite à la récurrence des attaques terroristes » visant des civils.

En outre, le Tchadien a réitéré « l’urgente nécessité de renforcer la lutte contre le terrorisme dans le Sahel pour préserver les vies humaines » et appelé « à la solidarité de tous dans ces moments particulièrement éprouvants ».

Pour sa part, Mahamadou Issoufou, qui gère les affaires courantes avant l’investiture de Mohamed Bazoum, a convoqué dimanche dernier une réunion du Conseil National de Sécurité. Sur tweeter, le président sortant a soutenu que « tout est mis en œuvre pour que ces crimes ne restent pas impunis ».

Son successeur à la tête de la République du Niger a déploré ces attaques « contre les paisibles populations civiles ». Mohamed Bazoum, dont la victoire à l’élection présidentielle du 21 février a récemment été confirmée par la Cour constitutionnelle, a un dossier chaud sur sa table. Le nouveau chef de l’État prendra ses fonctions le 2 avril prochain.

Apanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.