Médias: « Les enfants au Tchad ne reçoivent pas l’appui nécessaire des médias »

La Haute Autorité des Média et l’Audiovisuel (HAMA), en collaboration avec l’UNICEF, a organisé avec les responsable des organes de presse publique et privée, ce lundi 13 septembre 2021, à la Maison des Médias du Tchad (MMT) de N’Djaména, une rencontre sur le suivi-média et l’analyse du traitement des thèmes liés à l’enfance dans les médias au Tchad.

Le chef du département du Développement de Médias de la HAMA M. Betel Miarom souligne que traditionnellement, les médias (la presse écrite, les media audiovisuels, ou ceux en ligne), assument tous une triple fonction à savoir infomer, éduquer et divertir. À travers ces rôles, les médias influent, considérablement, sur le comportement des individu,  en général, et celui des enfants, en particalier.

Malheureusement, observe M. Bétel Miarom, les enfants au Tchad ne reçoivent
pas l’appui nécessaire des médias qui plaident en faveur de leurs meilleures conditions de vie. En dépit des actions non négligeables menées par le gouvernement tchadien et ses partenaires pour lutter contre certains maux dont ils souffrent, tels que le mariage précoce, les mutilations génitales, la prostitution, les viols, les maltraitances, etc. les médias nationaux ne s’intéressent pas trop à ces sujets. Pourtant, tous les préjudices que subissent les enfants, doivent interpeller les médias afin de mobiliser les acteurs à agir pour leur bien-être.

Le responsable de la Communication de l’UNICEF au Tchad M. Ange Aye-Ake reconnaît que les médias sont les partenaires stratégiques de son institution, dans le cadre de la protection et la promotion des droits de l’enfant. Il encourage les médias tchadiens dans leur ensemble qui ont traité des sujets liés aux droits de l’enfant. À cet effet, il invite les médias à consacrer plus d’espace dans leur parution aux questions liées aux droits de l’enfant.

Le chef du département du Développement des Médias de la HAMA M. Bétel Miarom note que le traitement des thèmes liés à l’enfance dans les médias tchadiens est encore faible. Certes des efforts ont été fournis dans les provinces, malgré les moyens assez dérisoires des radios communautaires. Il annonce mener de plaidoyer auprès des organes de presse afin qu’une plus grande couverture des thèmes liés à l’enfance soit faite.

Enfin, Betel Miarom invite tous les médias, en général, et les journalistes, en particulier, pour une participation massive au prix d’excellence en journalisme sur un thème en lien avec l’enfance qui sera lancé dans les jours à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *