Élections UAJ : Yamita Hassane dénonce la mise en place de la commission électorale

Le coordinateur de la commission technique pour la campagne du candidat tchadien, Me. Abakar Djermah Aumi au poste de la présidence de l’Union Africaine du Judo, M. Yamita Hassane dénonce par un point de presse animé ce mercredi 31 mars 2021 la mise en place d’une commission électorale sans passer par l’amendement du congrès de l’U.A.J qui est une violation flagrante des statuts.

Selon lui, les dispositions statutaires de leur prestigieuse institution ne doivent en aucun cas être contournées pour servir les intérêts de quelques individus ou groupes.
Yamita Hassane demande à l’UAJ que cette décision soit interrompue afin d’éviter l’éclatement du chaos au sein de l’Union Africaine de Judo. «Nous demandons ainsi au Comité Directeur de préserver la conformité aux dispositions de ses Statuts; c’est-à-dire que le respect, la défense et l’approbation des principes et idéologies de la Commission Electorale ne seront possibles qu’après la modification des Statuts par le Congrès», déclare-t-il.


Pour lui, le comité directeur a aussi démontré à l’article 11.13 du projet des statuts soumis pour amendement du 18 Mai 2021, qu’il reconnait de ce fait, que la mise en place de la commission électorale est un amendement des statuts.


L’article 29.1, des statuts en vigueurs stipule que : « l’amendement au Statut doit être présenté par le Comité Directeur au Congrès et il doit être approuvé par au moins une majorité des 2/3 des membres présents ou représentés au Congrès ». poursuit, Yamita Hassane, «Nous avons en outre convenu que l’avenir du judo africain ne doit pas être sacrifié sur l’autel d’une victoire électorale d’un seul cycle par une équipe quelconque. L’intérêt de notre sport et de nos athlètes, l’intégrité de notre institution doivent être préservés à tout moment, quelle que soit la personnalité en lice pour quel poste» a plaidé, le coordinateur de la commission technique.


Les membres s’engagent à se faire entendre concernant cette question et, si jamais leurs préoccupations étaient ignorées, et si le besoin se présentait, Yamita Hassane prévient que la question serait évoquée auprès des autorités sportives compétentes notamment la Fédération Internationale de Judo, le Comité International Olympique et le Tribunal Arbitral du Sport(TAS).


Si elle est autorisée, cette décision entraînera de futures violations de la Constitution, créant ainsi un précédent dangereux pour le judo en Afrique.


Yamita Hassane estime qu’en prenant unilatéralement la décision de mettre en place la Commission au moment où le processus électoral est déjà en cours, et les candidats en pleine campagne, il note que le comité directeur agit au-delà de ses pouvoirs, en violation totale et en contradiction des textes qu’il est censé respecter et en assurer l’application.


«Les articles 8.10 et 8.15 respectivement, définissent particulièrement les droits de vote. Les Statuts de l’UAJ en vigueur ne prévoient pas de conditions pour le rejet des candidatures, et ne prévoient non plus la supervision de processus électoral. Par conséquent, la mise en place d’une commission électorale implique nécessairement un amendement des statuts» a rappelé, le coordinateur de la commission technique pour la campagne du candidat tchadien, Me. Abakar Djermah Aumi au poste de la présidence de l’Union Africaine du Judo, M. Yamita Hassane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.