COVID19 : La situation est toujours préoccupante au #Tchad

Le ministre de la Santé publique et de la Solidarité nationale Abdoulaye Sabre Fadoul annonce, ce jeudi 2 décembre 2021, lors d’une communication que 443 malades sont sous traitement du Covid-19 sur l’ensemble du pays.

D’après M. Abdoulaye Sabre Fadoul, depuis la notification du 1er cas de la Covid-19 au Tchad, le 19 mars 2020, à N’Djaména, suivie de la 1ère transmission locale, le 6 avril 2020 à N’Djaména, le gouvernement a déclenché la riposte à travers différents outils des instances et des mesures, à savoir, l’élaboration d’un plan de contingence, la mise en place d’une cellule de veille sanitaire, la mise en place d’un Conseil de gestion de crise sanitaire et d’une Coordination nationale de riposte sanitaire (Cnrs-Covid-19), la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, la fin de l’Etat d’urgence sanitaire le 10 septembre 2021 et la mise en place de la Coordination nationale des actions de lutte Contre la Covid (Cnal-COVID19).

Cependant, affirme le ministre de la Santé, la situation sanitaire mondiale demeure toujours préoccupante. L’on note l’instabilité du virus, qui secoue encore le monde scientifique et le défi qui reste entier, notamment avec l’apparition de nouveaux variants. Selon lui, la situation épidémiologique comparative des cinq derniers mois de 2020 et de 2021 et celle de 2021 est préoccupante. « Il y a 5 701 cas confirmés dans 20 Provinces (N’Djaména, Ouaddaï, Lac, Logone Oriental, Wadi-Fira, Moyen-Chari, Logone Occidental, Batha, Kanem, Mayo Kebbi-Est, Mayo Kebbi Ouest, Guéra, Sila, Mandoul, Ennedi-Est, Chari-Baguirmi, Tandjilé, Borkou, Hadjer –Lamis et Tibesti) dont 221 (3,90%) personnel de santé, 196 avant le 10 septembre 2021 et 25 au mois de novembre 2021 », informe-t-il.

Le ministre Abdoulaye Sabre Fadoul d’ajouter que, durant les 5 derniers mois, il y a 181 décès, soit une létalité de 3,17 %. Ainsi, dans le tableau récapitulatif des malades de Covid-19, il donne un total de 443 malades actuellement sous traitement sur l’ensemble du pays dont 03 sous assistance respiratoire à l’hôpital provincial de Farcha, 8 à l’hôpital de la Renaissance dont 1 sous assistance respiratoire.

Les données du point d’entrée aéroport du 1er au 30 novembre 2021, d’après Dr Abdoulaye Sabre Fadoul, au niveau de l’aéroport International Hassan Djamouss, 7692 personnes testées dont 17 cas positifs détectés.

S’agissant de la performance de vaccin contre la Covid-19 au Tchad, le ministre a déclaré que le Tchad a reçu 533 450 doses de vaccin (Pfizer et Sinopharm). Ainsi, 258 618 doses sont administrées dans les 64 centres de vaccination fonctionnels dans18 provinces sur l’ensemble du pays.

Pour les actions entreprises par la Cnal-covid-19, depuis son installation le 15 octobre 2021, par le ministère en charge de la Santé publique, la Coordination nationale des actions de lutte contre la Covid-19, Dr Abdoulaye Sabre Fadoul rapporte que des réunions hebdomadaires et extraordinaires ont été tenues. Elle a aussi révisé le protocole applicable aux passagers à l’arrivée et au départ dans les frontières et a fait l’état des lieux des unités de diagnostic, des médicaments, et de la prise en charge.

Également, la coordination a penché sur la révision des tarifs de test RT-PCR pour les passagers au départ, la rencontre d’informations et d’échanges avec l’ADAC, la visite de sensibilisation et orientations au ministère en charge de la Réconciliation nationale, la mise en place des TDR Covid dans les Hôpitaux Nationaux (CHUR, HATC), la distribution des EPI (Hôpitaux Nationaux, provinces, institutions) ainsi que la réalisation de trois (03) émissions radios diffusées sur la situation de la pandémie. En sus, la Cnal Covid-19 a participé à la Revue Interaction (RIA) de la gestion de Covid-19 et a assuré le suivi de la vaccination contre COVID à travers les réunions bihebdomadaires de CNC-COVAX. « Il faut relever que la Cnal Covid-19 a publié des bilans mensuels sur la situation épidémiologique (Octobre et Novembre), elle a évalué des hôpitaux en termes d’oxygénothérapie (production et utilisation) ainsi que l’évaluation des hôpitaux dans le cadre de la PCI en milieu hospitalier et enfin, elle a rédigé le nouveau protocole sur la surveillance COVID sous l’égide de l’équipe de Yale School of Public Health », souligne le Coordonnateur national adjoint des actions de lutte contre la Covid-19 (Cnal covid-19), Dr Mahamat Tahir Abakar.

Parlant des difficultés, Dr Mahamat Tahir Abakar a fait savoir que la Coordination nationale adjoint des actions de lutte contre la Covid-19 (Cnal Covid-19), a de la peine à assurer la pérennisation de stock des réactifs et des consommables de laboratoires de diagnostic Covid19. «  Parmi nos difficultés majeurs, on note la pérennisation de stock de tests antigéniques (TDR), la pérennisation de stock de médicament de prise en charge Covid19, l’adhésion de la population au respect des mesures barrières et à la vaccination, les difficultés dans la prise en charge des cas graves (production et approvisionnement); l’insuffisance des ressources humaines qualifiées (anesthésistes réanimateurs) pour la prise en charge », explique Dr Mahamat Tahir Abakar.

En perspectif, le ministre de la Santé publique et de la Solidarité nationale promet de rendre effectif le séquençage au niveau local (Réaménagement du local, hottes conformes, matériel de séquençage, frigo -80 et -20 degré), la prise des nouvelles mesures par rapport aux nouveaux variants de commun accord avec le comité interministériel, l’intensification de la sensibilisation aux respects mesures barrières, la validation du nouveau protocole sur la surveillance COVID sous l’égide de l’équipe de Yale School of public Health, la révision du protocole thérapeutique pour l’adapter au contexte actuel de la pandémie, le renforcer l’application des mesures de Prévention et de Contrôle des Infections (PCI) dans l’ensemble des structures de soins (Hôpitaux et centres de santé) du pays. « Nos équipes continuerons à superviser régulièrement des sites de prise en charge de N’Djaména et des provinces touchées par l’épidémie. Nous restructurerons les équipes des provinces tout en mettant en place des services de tri dans les hôpitaux », prévient Dr Abdoulaye Sabre Fadoul tout en poursuivant qu’un recadrage des équipes de la surveillance du niveau central et celles de la DSP de N’Djaména sera fait. « Le nombre accru des personnes infectées au mois de Novembre 2021 est dû entre autres : au relâchement du respect des mesures barrières, consécutif à l’accalmie observée sur le front épidémiologique depuis le 2ème trimestre de 2021; à l a circulation de nouveaux variants notamment Delta et les conditions climatiques. Les services techniques doivent accentuer la surveillance et la vigilance pour circonscrire les éventuelles circonstances », oriente-t-il. Pour ce faire, rassure le chef de département de la Santé publique, devant cette situation, il est vraiment nécessaire que la population se fasse vacciner et respecte les mesures barrières. « Ce qui est un grand défi », reconnait-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.